Errata T. 6. (2013)

 

Errata  - Interpréter la Torah  « La voix de Jacob »   TOME 6  (2013)  

Au 18 février 2017

pagelire
T. 6, p. 35COMPLEMENT - A la fin de la section 3.3. « Le terme exégèse ne correspond pas à l’interprétation juive de la Torah. La racine du mot midrach renvoie à la recherche de sens par l’interrogation du texte tout au contraire, l’exégèse  explique (du grec exegesis /explication). »
T. 6, p. 421ère ligne - Lire : « après l’œuvre des Gaonim en Babylonie puis des Richonim d’Afrique du Nord et d’Espagne, Rachi et ses continuateurs (les Tossafistes) ont tenté de rendre plus accessible le Talmud grâce à leurs explications (Europe à partir du 11e s.). »
T. 6, p. 592ème paragraphe, lignes 2 et 3 : Lire : « l’abréviation זמן נקט (vocalisée ZeMaNe NAKaTe, chaque lettre étant l’initiale d’un ordre). »
T. 6, p. 100Ajouter le commentaire R’ Raphael Emmanuel ‘Hay de Riki,, Haza Tsion, Livourne, 1742  - http://hebrewbooks.org/6028, 281 p.
T. 6, p. 115Note 47 - Lire : « D’après: אליהו בקיש (2013), « Références halakhiques récentes présentées dans le style du Michna Béroura », http://editionsbakish.com/node/1534 (mise en ligne janvier; dernière mise à jour déc. 15 p.) ».
T. 6, p. 131COMPLEMENT - 17ème ligne. Après le premier mot, ajouter la note suivante:

« Avant sa mort, R’ Chim’on Bar Yo’haï a chargé R’ Aba de consigner par écrit des enseignements qu’il venait de donner, ca lui « sait cacher les secrets par allusion afin que ces secrets soient gardés pour la dernière génération », Zohar. Idra zouta, haazinou, p. 287b-288a, 296b. »

T. 6, p. 138Dernier paragraphe, 6ème ligne  -  Lire : « précieuse »
T. 6, p. 139COMPLETER la note 132 -

« Voir : R’ Ichaya Bakish (1992), Fragments.édités et annotés par nos soins ».

T. 6, p. 140COMPLEMENT - La note 142 est remplacée par :

« Nous avons pu éditer quelques fragments de son œuvre. R’ Ichaya Bakish (1992), Fragments. Une deuxième édition est en préparation ; certaines pages sont déjà postées sur notre site internet : liste des œuvres imprimées contenant des citations ou la mention de ce rabbin (http://editionsbakish.com/node/140) ; takanot des rabbins de Fès signées par R’ Yécha’ya Bakish (http://editionsbakish.com/node/1620); quelques enseignements ont été repris ou ont inspiré quelques pages de notre série La voix de Jacob (on y accédera à partir de la page http://editionsbakish.com/node/250) ».

T. 6, p. 167את  / -ét - Fin de la page (avant « Exemples ») . AJOUTER

« R’ Yichma’el rappelle que Na’houm « s’efforçait de donner une interprétation à toutes les particules « et » de la Torah » [1]. Il est précisé ailleurs que Chim’on Ha’amsouni (העמסוני) - certains disent Né’hémia Ha’amsouni - expliquait tous les את  de la Torah[2]. Sur ce Tana les sources rabbiniques classiques ne semblent pas apporter d’informations. On ne peut donc formuler que des hypothèses (deux Tanaïm différents ont-ils travaillé sur le même sujet ? Les deux noms désignent-ils la même personne ?). Pourtant, certains considèrent qu’il n’est autre que Na’houm Ich Gamzo et que son tombeau est celui de Na’houm Ich Gamzo ». Note : « Indication due à Louis Finkelstein, chancelier  du du Jewish Theological Seminary (de 1940 à 1972) une institution du Judaïsme conservateur dit Massorti. Introduction au Sifra, p. 144, cit. https://he.wikipedia.org/wiki//נחמיה_העמסוני (consult. le 18 avril 2014). Voir : Louis Finkelstein & Morris Lutzki (Editors, 1956), Sifra, or Torat Kohanim According To Codex Assemani 66 (Bibliothèque du Vatican), New York: JTS, 1956.»

 

T. 6, p. 169Af   אף   - AJOUTER un exemple.

Ø    אַ֭ף לֹֽא־פָעֲל֣וּ עַוְלָ֑ה    בִּדְרָכָ֥יו הָלָֽכוּ׃ « Même s’ils ne commettent pas d’iniquité, dans Sa voie ils sont allés » (Psaumes 119, 3). Inclusion de toutes les actions non fautives : cela ne suffit pas qu’elles soient sans iniquité. Elles doivent être faites dans l’esprit particulier indiqué par les mots suivants : « ils ont marché dans Ses voies » (Rachi).

T. 6, p. 171Kol - AJOUTER un exemple.

Ø     La mention de la sortie d’Egypte dans la prière jour et nuit est déduite de kol par Ben Zoma  Il est écrit לְמַ֣עַן תִּזְכֹּ֗ר אֶת־י֤וֹם צֵֽאתְךָ֙ מֵאֶ֣רֶץ מִצְרַ֔יִם כֹּ֖ל יְמֵ֥י חַיֶּֽיךָ׃ « afin que, tous les jours de ta vie, tu te souviennes du jour de ta sortie du pays d’Égypte » (Dévarim 16, 3). Kol ajoute les nuits aux jours "ימי חייך", הימים; "כול ימי חייך", הלילות.   (Bérakhot 1,9). Les Sages interprètent autrement ce kol : "ימי חייך", העולם הזה; "כול ימי חייך", להביא את ימות המשיח.   .

Note - La halakha est tranchée ici comme Ben Zoma.  On peut se demander comment cela est possible alors que les sages ont tranché autrement (n’y a-t-il pas un problème de ya’hid contre rabim, c’est-à-dire d’un décisionnaire isolé contre la majorité)? Peut-être est-ce parce que son interprétation conservait une certaine force puisque un autre Tana partageait son enseignement  (R’ El’azar ben ‘Azaria) ?

T. 6, p. 207Principes du Malbim - AJOUTER un principe

Lorsqu’un nom est répété sans nécessité dans un verset, il s’agit de deux personnes différentes (cit. R’ M. Elkouby, Dir. 2016, les haftarotes, p. 188). Voir à propos de ‘Hiram (I Mélakhim 7, 40).

T.6, p. 2121er titre : « Argument logique », lire :  סְבָרָא   avec aleph et non
T.6, p. 233Figures sur les « chin». Lire : « Trois branches (à gauche) ; Quatre branches  (à droite) »
T.6, p. 235Première phrase - Remplacer « deux » par « quatre ».
T.6, p. 237Ajouter le paragraphe suivant : « Lo Ketiv

Certains mots du Nakh (note- On n’en trouve pas dans la Torah) ne sont pas écrits mais on les lit tout de même, car ils sont connus par tradition (note - Voir T.B. Nedarim 37b qui cite plusieurs cas. Le Min’hat shaï mentionne dix cas.) Les éditeurs utilisent différents procédés pour les représenter : dans l’espace du mot on trouve un blanc avec simplement le ta’am (en marge le mot à prononcer est indiqué) (Note- Edition Koren.) ; le mot peut être représenté par des étoiles (autant que de lettres) accompagnées des points-voyelles et du ta’am ; après un blanc le mot à pronocer est mis entre parenthéses (Note- Edition en ligne Mechon Mamré);

Voici quelques versets contenant un lo ketiv : II Chemouel 8, 3 ; II Chemouel 16, 23 ;  הִנֵּ֛ה יָמִ֥ים      (בָּאִ֖ים) (Yirméyahou 31,37) ; »

NOTES

[1] T. B. ‘Haguiga 12a.

[2] T.B. Pessa’him 22b (voir aussi T.B. Kidouchin 57a rachi, T.B. Bava Kama 41b Tossfot, T.B. Bekhorot 6b).

 

 

Laisser un commentaire