Des yeux rouges de vin, des dents blanches de lait.

Avec l'aide de D. 
Des yeux rouges de vin, des dents blanches de lait. Commentaire de la paracha Vay'hi

***

par  Samuel Darmon (1)

***

L'auteur de ce commentaire original nous propose ici un 'hidouch

sur les temps du Machiah à partir de deux versets de la paracha  

Vay'hi (Béréchit 49, 11-12.).

Commentaire dédié à l'élévation de l'âme de
Mordekhaï ben Makhlouf Setteboun, z"l
que D. repose son âme en paix. 
A propos de la description des temps du Machiah, voici ce qui est mentionné dans la bénédiction de Ya'akov à son fils Yéhouda :
אֹֽסְרִ֤י לַגֶּ֨פֶן֙ עִירֹ֔ה וְלַשֹּֽׂרֵקָ֖ה בְּנִ֣י אֲתֹנ֑וֹ כִּבֵּ֤ס בַּיַּ֨יִן֙ לְבֻשׁ֔וֹ וּבְדַם־עֲנָבִ֖ים סוּתֹֽה׃  חַכְלִילִ֥י עֵינַ֖יִם מִיָּ֑יִן וּלְבֶן־שִׁנַּ֖יִם מֵֽחָלָֽב׃  "Alors on attachera son ânon à la vigne et à la treille le fils de son ânesse; on lavera son vêtement dans le vin, et dans le sang des raisins sa tunique. Les yeux seront rouges de vin, et les dents toute blanches de lait" (Béréchit 49, 11-12) .
Quel message la Torah souhaite-t-elle nous faire passer à travers les derniers mots de ce verset ('hakhlili énayim miyayin oulven chinayim mé'halav) ? En quoi le fait d'annoncer que les yeux seront rouges de vin et les dents blanches de lait est-il relié à l'époque merveilleuse des temps du Machia'h ?
Pour cela, nous avons besoin du commentaire de Rachi qui nous explique dès le départ que le mot 'hakhlili désigne la couleur rouge, c'est-à-dire que ceux qui boivent beaucoup de vin ont l'habitude d'avoir les yeux rouges... De même, les dents seront rendues blanches, en raison du lait abondant, parce que la terre de Yéhouda possédera de belles étendues d'herbe verte pour le bétail.
Comme le mentionne le Or ha'Hayim hakadoch dans son commentaire, le rouge fait allusion à la rigueur, alors que le blanc rappelle la miséricorde. Les yeux font allusion aux sages, qui sont appelés les yeux de la communauté. La Torah contient deux parties : l'une correspond aux lois (michpatim) et l'autre aux récits qui accompagnent les lois. De plus, la Torah possède 70 facettes, 70 niveaux d'interprétation. A force de scruter et de méditer sur la Torah appelée vin (les lettres du mot yayin -vin- ont une valeur numérique de 70), les yeux des sages en deviennent tout rouges ... Rachi ramène une autre explication, basée sur le Targoum d'Onkelos : les yeux désigneraient les montagnes, à partir desquelles il est possible de voir de loin. 
Le début du verset est à mettre en relation avec la signification du rituel de la vache rousse. En effet, 'hakhlili désigne ce qui est rouge. Or, ce mot a la même valeur numérique que 'hok, 108, un décret du Roi des rois, qui échappe à toute logique. Or, sur cette loi-là, le roi Shlomo alav hachalom a dit: "la sagesse s'est tenue loin de moi". Cependant, ici, les yeux, représentatifs de la sagesse, sont les montagnes qui permettent de prendre de la hauteur, et ce qui était totalement caché se dévoile : du vin yayin jaillit le secret sod (mot qui a  la même valeur numérique que yayin 70). Ainsi, dans Son amour pour Israël, le Maître du monde permettra à Ses sages de sonder les plus profonds mystères de la Torah.
Ces dévoilements merveilleux amèneront un adoucissement des décrets, ce qui relève de la blancheur du lait et des dents. En raison de la grande bonté qui se déversera sur le monde aux temps du Machiah, notre étude sera raffinée, plus claire et plus lumineuse. En effet, les dents chinayim sont liées au mot choné, celui qui étudie et répète ce qu'il apprend, léven chinayim étant associé à loven chinayim, la blancheur des dents, comme le note le Or ha'Hayim hakadoch.
Bien sûr, chinayim constitue aussi une allusion à chénayim, les deux Torot, la Torah écrite et la Torah orale, dont la perception sera affinée, elles qui proviennent du Sinaï et des 40 jours de présence de Moché rabénou alav hachalom sur la montagne (mé'halav, qui vient des 40). 
De façon plus profonde, il arrive dans ce monde des événements qui échappent à toute logique et à toute compréhension. Ce sont des gezérot, des décrets, qui relèvent du 'hok. ('hakhlili). Les yeux (énayim) sont ceux des malakhim qui observent et rapportent tout ce qui se passe, et qui sont envoyés par le tribunal céleste, composé de 70 (ou 71) juges (méyayin, du vin, ce qui vient de 70). Cependant, par le mérite d'avoir éduqué une descendance dans le respect de la Torah et des mitsvot, l'âme est acquittée : oulvén chinayim mé'halav : et c'est pour le fils (léven) qui étudie (choné) les deux Torot (chinayim - chénayim) mé'halav, ma'hal -la av, Il a pardonné au père. 
Que le Créateur du monde accueille dans Sa lumière Mordekhaï ben Makhlouf, et que Son âme soit attachée au faisceau de la vie éternelle, amen.    (2).

© Samuel Darmon  et/ou © Hotsaat Bakish

Mis en ligne le 11 janvier 2017 à Kiryat Ata

----------------------

NOTES

(1)  Samuel Darmon est présenté sur une autre page de ce site: http://editionsbakish.com/node/1649.

(2) Voir également ses commentaires sur la paracha Vayigach à la page http://editionsbakish.com/7589   et sur la paracha Bamidbar à la page http://editionsbakish.com/1650 

 

Laisser un commentaire