II-02 Noa’h

 

 

 

 

 

 

 

Indications liturgiques 
 
Les communautés sépharades [1] lisent ce texte (Yécha’yahou  54,1-10) ainsi que certains Achkénazes [2].Cette haftara [3] est également lue la semaine de la paracha Ki Tétsé.
Les Achkénazes [4](Yécha’yahou 54,1-55,5), ‘hassidé ‘Habad [5], Yéménites [6] et Italiens [7](Yécha’yahou 54,1-55,5) ont sélectionné la même haftara mais ils la terminent un peu plus loin.
 

 
Rites

Lecture commune
aux différentes coutumes

Versets supplémentaires (après)

Sépharades

Yécha’yahou 54,1-10

 

Certains Achkénazes

Yécha’yahou 54,1-10

 

Yéménites

Yécha’yahou 54,1-10

Yécha’yahou  54,11-55,5

Achkénazes

Yécha’yahou 54,1-10

Yécha’yahou  54,11-55,5

Italiens

Yécha’yahou 54,1-10

Yécha’yahou  54,11-55,5

 ‘Habad

Yécha’yahou 54,1-10

Yécha’yahou  54,11-55,5
 
Les Karaïtes se placent comme à leur habitude hors des traditions rabbiniques en lisant un extrait différent quoique tiré des mêmes chapitres 54 et 55 de ce même livre (Yécha’yahou 54,9-55,12[8]

 

.

 

 


[1]  Séfer hahaftarot de l’Institut Or ha’hayim, p. 415-417 ; R’ J. Schwarz (1996), p. 38.
 
[2]  R’ J. Schwarz (1996), p. 38.
 
[3] Autre orthographe pour Noa’h: Noach.
 
[4]  Séfer hahaftarot de l’Institut Or ha’hayim, p. 415-417 ; R’ J. Schwarz (1996), p. 38.
 
[5] R’ Chaïm Miller (2006), Gutnick ed., pp. 7-9.
 
[6]  Séfer hahaftarot de l’Institut Or ha’hayim, p. 415-417.
 
[7]  Sidour de coutume italienne : סדר תפלות כמנהג איטאלייאני,  2010,ירושלים, p. 67  
 
[8] Selon Wikipedia en français, consult. 29 déc. 2010.

 

Laisser un commentaire