Jamais sans lumière !

D.ieu dit : 'Que la lumière soit', et la lumière fut !

Béréchit, 1,3

 

Jamais sans lumière !

Si on regarde bien, chaque Vendredi soir, nous (femmes) allumons les bougies de Chabat avant la tombée de la nuit, alors qu’il fait encore jour … Et cette pratique s’inspire d’un enseignement de RACHI, le Rabbin de Troyes, qui disait à propos du Verset 24,67 de la Génèse sur notre matriarche Sarah : « Haya ner dalouk méérev Chabat… », « il y avait une bougie qui brûlait de la veille de Chabat… ». Ensuite, durant un jour entier et jusqu’à la sortie de Chabat, la nuit suivante, nous n’allumons plus rien, ni flamme ni électricité ! Récapitulons. 1) Vendredi, avant la tombée de la nuit, les femmes allument les bougies du Chabat, et ensuite, D.ieu glisse le soleil sous l’horizon, pour le faire émerger à nouveau le lendemain matin. 2) Tout Chabat, hommes et femmes ne touchent plus le feu, ni l’électricité. 3) Samedi soir, D.ieu nous informe du terme de la journée sacrée en allumant trois veilleuses dans le ciel, et les hommes embrasent une bougie tressée pour la « Havdalah ». Une nouvelle semaine peut reprendre ! Chavoua Tov ! Un relais à plusieurs dimensions, au ciel et sur la terre ! D.ieu agit sur Ses outils (le soleil, et les trois étoiles), Madame sur ses instruments (« nérot », les bougies de Chabat), et Monsieur sur ses ustensiles (la bougie tressée de la Havdalah). Entre l’Eternel et l’être humain, et aussi entre l’homme et la femme, nous nous transmettons une lumière qui ne s’éteint jamais ! Un travail d’équipe, dans l’harmonie !... 

 Chantal BAKIS-GUEZ (Val-de-Marne)

 

Initialement publié dans Actualité Juive N° 1391 - 19 Mai 2016, p.11

Mis en ligne le 30 mai 2016

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotsaat Bakish

Laisser un commentaire