Tou biChvat le Chabbat

 

 

Tou bichvat et chabbat

Premier et deuxième repas du chabbat

(vendredi soir et samedi mi-journée)

 

Certaines années, le 15 chévat correspond à un chabbat. Que faire dans ce cas ? Evidemment, la célébration du chabbat  est prioritaire, car c’est une mitsva prescrite par la Torah, alors que la célébration du nouvel an des arbres n’est qu’une coutume. Cette "fête" est facultative quoique ce serait dommage de se priver des acquisitions spirituelles que ce jour permet. 

Une solution est donnée par le Dayan Rav Zecharia Zermati, président de Tribunal rabbinique, qui indique : il est préférable de procéder au séder de Tou biChevat « après le repas et même après la Birkat Hamazone, afin de profiter de la prononciation de toutes les bénédictions si importantes pour arriver au compte de 100 le shabbat, mais aussi afin de participer au repas de Chabbat, Mistva de la Torah, sans être déjà repu du fait d'avoir mangé tous ces fruits » (http://www.toratemet.net).

On commencera donc, comme d’habitude  le vendredi soir (ou samedi matin), par les bénédictions sur le vin (kidouche), sur le lavage des mains (nitilat yadayim) et sur le pain (hamotsi lé’hem min haharets).  Après quoi, on procédera au repas qui est conclu par la birkat hamazon.

Ce n’est qu’ensuite que l’on suivra les quinze étapes du séder de Tou biChevat, mangeant notamment, en guise de dessert, pâtisserie et fruits en les bénissant comme il se doit (mézonot, péri ha’ets et péri haadama). On terminera par la bérakha mé’én chaloch ('al hami'hya...) sans oublier les formules spéciales en cas de consommation de fruits d'Israël.

Variante  -  Kiddouche. Mosti. Séder de tou bichevat. Repas. Bircat hamazone.

On commence par la bérakha  hamotsi (et la consommation du pain) suivie de la consommation d’une pâtisserie (sans bérakha mézonot, car déjà acquitée par Motsi).

* Après quoi on pourra consommer les différents produits avec bénédiction (ha’ets, haguéfen, haadama). La bénédiction chéakol sur la bière ou autres produits du repas est inutile car acquitée par le motsi. On procède au repas. On conclura par la birkat hamazone..

 

troisieme repas du chabbat

(samedi après-midi)

 Le samedi après midi, la séoudat chélichit communautaire intégrera la célébration de Tou biChevat.  On prévoira d’avancer l’heure de min’ha (une demi-heure ou trois-quarts d’heure par exemple) pour disposer d’un peu plus de temps.  

Comme il est interdit de manger après la birkat hamazon de sé’oudat chélichit (jusqu’au moment où on fait sortir chabbat ; Chou’han ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm, 299), il faut alléger la célébration en intégrant la consommation du vin et des fruits dans le repas (donc une seule étape contrairement à ce qui est présenté plus haut pour vendredi soir et samedi matin).

On commencera donc par les bénédictions sur le lavage des mains et sur le pain. 

Les quinze étapes du séder de tou biChevat suivront mais avec quelques adaptations.

* Lors de la consommation de pâtisserie (étape 1), la bénédiction mézonot ne sera pas dite (car le motsi acquitte pour ce type de nourriture).

 * Après quoi on pourra consommer les différents produits dans l’ordre du séder et avec bénédictions: ha’ets (étapes 2 et 3, puis 5 à 12), haguéfen (étape 4), haadama (étape 13).

* La consommation des produits nécessitant la bénédiction chéhakol (étape 14 - bière, jus d'orange, miel...) se fera sans bénédiction (car ce type d'aliments a déjà été acquitté  par le « motsi »).

* On terminera par une quinzième consommation (fruit) et par la bénédiction sur le parfum 'un fruit aromatique)

* On conclura par la birkat hamazon.  

Laisser un commentaire