1. Paracha

 

Paracha 

וַיְחִ֤י יַֽעֲקֹב֙ בְּאֶ֣רֶץ מִצְרַ֔יִם שְׁבַ֥ע עֶשְׂרֵ֖ה שָׁנָ֑ה וַיְהִ֤י יְמֵֽי־יַעֲקֹב֙ שְׁנֵ֣י חַיָּ֔יו שֶׁ֣בַע שָׁנִ֔ים וְאַרְבָּעִ֥ים וּמְאַ֖ת שָׁנָֽה׃

« Ya’akob vécut dix-sept ans dans le pays d'Egypte » (Béréchit 47, 28).

Lorsque le sépher Torah est à l’assemblée des fidèles à la synagogue, on peut constater que le premier mot de cette section (Way’hi) suit immédiatement les derniers mots de la section précédente (mots qui sont: Wayirbou méod). Way’hi se trouve donc à la suite du texte précédent ; cela sans changement de ligne, ni saut de ligne blanche, ni même un espacement important entre les mots : réduit au minimum, c’est-à-dire l’espace nécessaire pour inscrire deux lettres !  Ce genre de séparation (minimal) entre deux sections hebdomadaires porte un sens indiqué par la tradition.

Quels sont les procédés d'espacements (à l’intérieur d’une ligne et entre paragraphes) dans le Tanakh en général et entre les sections hebdomadaires de la Torah en particulier. Comment se fait la mise en page, dirait un imprimeur ? Deux cas sont fréquents :

 

1)     le changement de ligne [1]  (on parle de paracha ouverte) [2] .  Dans certains livres imprimés, cela est indiqué par un  פ pour pétou’ha = ouverte (ou פפפ, triple «  » lorsque le changement de paragraphe marque le passage à une autre section hebdomadaire.

      1b) Noter un cas extrême : changement de ligne avec saut de ligne [3]  :

      un seul cas parmi les sections hebdomadaires de la Torah, (Haazinou[4] ;

2)      Une paracha commence à l’extrémité de la ligne où se termine la paracha précédente, l’espacement correspondant au moins à la place nécessaire pour écrire deux mots (on parle de paracha fermée). Dans certains livres imprimés, cela est indiqué par un  ס pour sétouma = fermée [5] (ou  ססס, triple ס lorsque l'espacement marque le passage à une autre section hebdomadaire);

2b) Noter un cas extrême : séparation réduite à deux lettres seulement : un seul cas incontesté [6] dans la Torah, celui de la paracha Way’hi  [7].

3)       Enfin la séparation entre deux livres de la Torah donne lieu au saut de quatre lignes (pour un livre se terminant au bas d’une page, on peut commencer en haut de la suivante sans laisser de lignes) [8]. Dans certains livres imprimés, cela est indiqué par le mot ’Hazak lorsque ce type d’espacement vient entre deux sections hebdomadaires) ;

Le texte de la Bible hébraïque est divisé en parachas indépendantes (unités différentes du découpage en chapitres qui comme celui en versets, ne relève pas de la tradition des Massorètes). Voyons ce qu'il en est pour toutes les séparations entre sections hebdomadaires telles qu’elles résultent des habitudes relativement récentes introduites depuis l’invention de l’imprimerie:

On désignera par :

PPP : les sections hebdomadaires ouvertes (sauts de ligne) -:’Pé’ {פ} pour paracha  pétou’ha; lorsque le texte de la section précédente s'achève, il laisse souvent un espace blanc à la fin de la ligne, un espace ouvert entre cette section qui s’achève et la suivante qui commence. Cette dernière est dite section ouverte ;

SSS :   les sections hebdomadaires fermées. S pour paracha  Sétouma  (scellée). La section précédente s'achève sur la même ligne que la section suivante, laissant entre elles un espace correspondant à neuf lettres au moins; pas de saut de ligne) ;

0 :        le cas d’une séparation entre deux sections hebdomadaires par un espace correspondant à deux lettres (convenons du 0 car dans ce cas il n’y a pas d’indication dans les éditions imprimées) ;

HZK :  fin d'un livre [9], début d'un autre, espace blanc de plusieurs lignes   (pour le mot Hazak)[ 10]

 

Avant la paracha Noa’h (Béréchit 6, 9):             

PP

Avant la paracha Lekh Lekha (Béréchit 12, 1)  

PPP

Avant la paracha Wayéra (Béréchit 18, 1)            

PPP

Avant la paracha ‘Haye Sarah (Béréchit 23, 1)    

PPP

Avant la paracha Tolédot (Béréchit 25, 19)          

PPP

Avant la paracha Wayétsé (Béréchit 28, 10)          

SSS

Avant la paracha Wayichla’h (Béréchit 44, 4)      

PPP

 Avant la paracha Wayécheb (Béréchit 37, 1)        

PPP

 Avant la paracha Mikets (Béréchit 41, 1)              

PPP

 Avant la paracha Wayigache (Béréchit 44, 18) 

SSS

 Avant la paracha Way’hi (Béréchit 47, 28)              

0 [11]

Avant la paracha Chémot (Chémot 1, 1)

HZK

Avant la paracha Waéra (Chémot 6, 2) 

SSS

Avant la paracha Bo (Chémot 10, 1)                     

PPP

Avant la paracha Bechalla’h (Chémot 13, 17)

SSS

Avant la paracha Yitro (Chémot 18, 1)  

PPP

Avant la paracha Michpatim. (Chémot 21, 1)        

PPP

Avant la paracha Térouma (Chémot 25, 1)           

PPP

Avant la paracha Tétsawé (Chémot 27, 20)           

SSS

Avant la paracha Ki Tissa (Chémot 30, 11)           

PPP

 Avant la paracha Wayak hel (Chémot 35, 1)

 SSS

Avant la paracha Pékoudé (Chémot 38, 21)          

SSS

Avant la paracha Wayikra (Wayikra 1, 1)             

HZK

Avant la paracha Tsaw (Wayikra 6, 1)                 

PPP

Avant la paracha Chémini (Wayikra 9, 1)             

SSS

Avant la paracha Tazria' (Wayikra 12, 1)              

PPP

Avant la paracha Métsora' (Wayikra 14, 1)           

PPP

Avant la paracha A'haré mot (Wayikra 16, 1)       

PPP

Avant la paracha Kédochim (Wayikra 19, 1)      

PPP

Avant la paracha Emor (Wayikra 21, 1)            

PPP

Avant la paracha Béhar (Wayikra 25, 1)           

PPP

Avant la paracha Bé'houkotay (Wayikra 26, 3 ) 

PPP

Avant la paracha Bamidbar (Bamidbar 1, 1)      

HZK

Avant la paracha Nasso (Bamidbar 4, 21)    

PPP

Avant la paracha Béha'alotékha (Bamidbar 8, 1) 

PPP

Avant la paracha Chéla'h Lekha (Bamidbar 13, 1)

PPP

Avant la paracha Kora’h (Bamidbar 16, 1)    

PPP

Avant la paracha ‘Houkat (Bamidbar 19, 1)  

PPP

 Avant la paracha Balak (Bamidbar 22, 2)    

SSS

 Avant la paracha Pin’has (Bamidbar 25,10) 

PPP

 Avant la paracha Matot (Bamidbar 30, 2)         

PPP

 Avant la paracha Mas'é (Bamidbar 33, 1)          

PPP

 Avant la paracha Débarim (Débarim 1, 1)        

HZK

 Avant la paracha Waet'hannane (Débarim 3, 23)

SSS

 Avant la paracha 'Ekev (Débarim 7, 12)          

PPP

 Avant la paracha Rééh (Débarim 11, 26)         

SSS

Avant la paracha Chofétim (Débarim 16 ,18) 

SSS

 Avant la paracha Ki Tétsé (Débarim 21, 10) 

SSS

Avant la paracha Ki Tavo (Débarim 26, 1)       

PPP

 Avant la paracha Nitsabim (Débarim 29, 9)      

PPP

 Avant la paracha Wayélèkh (Débarim 31, 1)    

PPP

Avant la paracha Haazinou (Débarim 32, 1)

PPP et saut de ligne

Avant la paracha WéZot haBérakha (Débarim 33, 1)

PPP

Après la paracha wéZot haBérakha

HZK

 

Ainsi, le procédé d'espacement du début de Way’hi est fait avec le minimum de moyens... On peut déduire qu’avec Way’hi nous sommes en présence d’un cas extrême de "fermeture".

C'est donc sur le silence, sur les intervalles entre les textes, sur les espaces blancs entre les lettres du sépher, que la paracha Way’hi nous invite à méditer.


[1]  L’utilisateur d’un logiciel de traitement de textes appuierait une fois sur la touche « entrée » de son clavier ;  l’utilisateur d’une machine à écrire déclencherait un retour du chariot.

[2] Au temps des machines à écrire, les dactylographes auraient parlé de « retour-chariot ».

[3]  L’utilisateur d’un logiciel de traitement de textes appuierait deux  fois sur la touche « entrée » de son clavier ;  l’utilisateur d’une machine à écrire déclencherait deux retours du chariot.

[4] Débarim 32, 1

Laisser un commentaire