032. Rabbi Judah Ben Jacob Lattes

 

 

Rabbi Judah Ben Jacob Lattes

Disciple des rabbins de Béziers et de Montpellier, ce sage composa un guide hala'hique qui contient des décisions inaccessibles autrement

 

Rabbi Judah ben Jacob Lattes de Béziers (13ème siècle) fut un talmudiste et une autorité halakhique. Son grand-père fut Rabbi Mechullam ben Moïse (Sefer HaHachlamah) (1).

Rabbi Judah ben Jacob composa un guide de décisions halakhiques auquel il donna le titre de Sefer Baalei Asufot (ou Sefer Asufot / Livre de collections), allusion à un verset de Kohelet (12,11)  (2).

Des chapitres dans cet ouvrage sont consacrés aux lois sur les fêtes et le deuil ainsi qu’aux questions de cacherout par rapport aux aliments et au vin.

Les principales sources halakhiques que cite R' Judah parmi les Sages de Provincia comprennent R. Abraham ben David de Posquières, R. Mechullam ben Moïse de Béziers (son grand-père) et le successeur de ce dernier à la tête de la Yechiva à Béziers, Rabbi Guerchom ben Salomon (Sefer HaChalman). Deux autres Sages sont qualifiés par Rabbi Judah de maîtres, à savoir Rabbi Samuel, fils de Rabbi Guerchom ben Salomon (qui a achevé le Sefer HaChalmon de son père) et Rabbi Salomon min hahar de Montpellier.

De grand intérêt pour ceux qui étudient la Torah est le fait que dans le Sefer Asufot certaines décisions halakhiques sont citées pour la première fois. Six des décisions hala’hiques du Sefer Asufot ont été publiées à partir des manuscrits par R. Benedict dans son Mercaz Hatorah be- Provincia (1985).

--------

NOTES

(1) Le père de Rabbi Judah était venu à Béziers pour étudier à la Yechiva dirigée par R. Mechullam ben Moïse et, étudiant brillant, il avait épousé la fille du Roch Yeshiva. Quant à Rabbi Judah, il fut le grand-père de R. Isaac ben Jacob Lattes, auteur du Kiryat Sefer.

(2)  Les mots du sage ... composés dans les collections sont donnés par un berger. 

 

 

 

Les Sages de la Provincia, par Y. Maser
© Y. Maser (1ère ed. 2002 ; 2e éd., 2015) et/ou 
© Hotsaat Bakish, Institut Rabbi Yesha’ya (2e éd., 2015).
Mise en ligne de cette page : le 26 août 2015, à Montpellier

 

Laisser un commentaire