004. Rabbi Isaac Ben Abba Mari

 

 

 

Rabbi Isaac Ben Abba Mari

 

Grâce à sa compilation encyclopédique des lois (citée par R. Joseph Caro et autres autorités halakhiques), nous avons découvert des Responsa datant de la période des Guéonim ainsi que d’autres sources plus anciennes.        

 

 

Rabbi Isaac ben Abba Mari de Marseille (1122-1193) figure parmi les grands Sages de Provincia grâce à son code encyclopédique de loi, Sefer Ha-lttur (couronne). Cette œuvre a été fréquemment citée par des sages tels que le Tur et le Bet Yossef ; elle faisait autorité en Espagne, en France et en Allemagne. D’ailleurs, cette œuvre a donné lieu à de nombreux commentaires.

Rabbi Isaac puise dans le Talmud Bavli, le Talmud Yeruchalmi et les écrits des Guéonim aussi bien que dans les enseignements d’autorités rabbiniques d'Espagne, de France et d'Allemagne.

Il fut le disciple de son père à Marseille, il étudia chez les Sages en Espagne, et il avait échangé des lettres avec Rabbenu Tam, l’un des plus grands Baalei Tosaphot.

Rabbi Isaac cherche dans son code à établir le texte du Talmud au moyen de sources anciennes, parfois déjà disparues, et ce faisant il jette de la lumière sur le texte talmudique.

 

En fait, il montre une connaissance des Talmudim presque inégalée à l’époque, et comme il cite les Guéonim intensivement, son code est une source primaire importante de leurs Responsa.

 

Le Sefer Ha־lttur se compose de trois parties :

  • la première concerne les documents de divorce et de transactions financières ;
  • la deuxième traite de plusieurs sujets : la che’hitah et des aliments interdits (écrit à 17 ans), des tsitsit, des tefillin, de la circoncision et du mariage ;
  • et la dernière section (« Aseret HaDibrot ») parle de dix sujets ayant trait aux fêtes.

Quand le Tur parut, l'impact du code de Rabbi Isaac diminua comme ce fut aussi le cas pour d’autres codes. Toutefois, il existe plusieurs éditions du Sefer Ha-Ittur, y compris une réimpression[1] de l'édition de Varsovie (1903).

Rabbi Isaac a également composé le Sefer Méah Chéarim sur l'Alfasi qui figure dans l'édition standard du Talmud[2], juste après le Morde’hai.

 

 

Les Sages de la Provincia, par Y. Maser

© Y. Maser (1ère ed. 2002, 2015) et/ou 

© Hotsaat Bakish, Institut Rabbi Yesha’ya (2015)

Mise en ligne : 15 juillet 2015

 


[1] New  York, 1955

[2] Pour Eruvin, Yevamot, Ketuvot, Bava Kama, Bava Metsia, Bava Batra.

Laisser un commentaire