05. Israël dans la tête

 

Récits sélectionnés tirés du manuscrit de William Rahamim Belhassen, Toi mon Israël. 

 

  05. Israël dans la tête

 

C’était plus fort que moi, Israël était en moi et je ne pouvais ni ne voulais cesser de penser à Israël.  Désormais, tout ce qui touchait Israël, me touchait dans mes pensées, dans mon corps, dans mon âme.

La guerre pour l’indépendance d’Israël faisait rage car au lendemain de la création de l’Etat d’Israël, les Etats arabes qui l’entouraient décidèrent d’étouffer dans son berceau le nouveau-né. La Syrie, la Jordanie, le Liban et surtout la plus importante des nations arabes, l’Egypte, nous sont tombés dessus ainsi que quelques contingents d’Irak et d’Iran. Ils voulaient nous baigner dans un bain de sang et rejeter à la mer le reste des survivants.

Les résistants de l’Irgoun, du Léhi et de la Haganah combattirent. Cette jeune armée n’ayant pas assez de fusil pour en donner à chaque soldat, quant aux armes lourdes, elle pouvait les compter sur le bout des doigts. Il y avait quelques blindés ou autres camions lourds à chenilles ou sur roues, et voilà la nouvelle armée d’Israël qui a défendu nos kibboutzim et nos villages à peine sortis du sable d’Israël. Doit-on croire au miracle ? Oui, il y avait de cela car il suffit de compter : les forces étaient très inégales de part et d’autre.

Ils nous ont attaqués. Je dis encore « Nous », c’est à croire que j’étais au milieu de ces valeureux soldats qui réussirent à défendre leur Terre, leurs villages, leurs fermes et les Kibboutz existants. Surtout ils protégèrent la vie de leurs femmes et de leurs enfants car ils n’ignoraient pas que s’ils tombaient dans ces combats à outrance, D.ieu seul sait ce qu’il serait advenu de ceux qui seraient restés derrière ces combattants de la survie d’Israël. Et le Miracle s’est accompli à nouveau sur cette terre qui a tellement vu de miracles. Est-ce que nos Patriarches, Abraham, Isaac et Yaacov ont combattu aux côtés de nos soldats ? Est-ce que David est également venu à leur rescousse pour sauver Israël, tenant dans sa main sa fronde pour seule arme ? Est-ce que le Roi Salomon lui-même et sa sagesse millénaire ont influé sur nos très jeunes généraux de la façon dont ils devaient mener la bataille finale ? C’est possible, je ne demandais qu’à le croire car comment pouvait-on expliquer ce qui se déroula ? Non seulement ils résistèrent à cette horde sanguinaire mais ils les repoussèrent et les vainquirent tous, un par un dans cette bataille du tout ou rien. GLOIRE à TOI, ETERNEL en qui nul ne peut douter de l’Amour que tu portes à Ton Peuple bien aimé : ISRAEL.

Nous étions subjugués par ce courant de vaillance. Nous étions pris comme dans un tourbillon. Plus rien n’avait plus d’importance, ni travail, ni plaisir ni envie de faire ou de fabriquer quoi que ce soit. La plupart de mes chefs du Bétar étaient déjà montés en Israël et avec femmes et enfants pour ceux qui étaient mariés.

 

Mis en ligne sur editionsbakish.com, avril 2016 

© Hotssat Bakish et / ou © William Rahamim Belhassen.

 

Laisser un commentaire