25 Tsaw

 

 

 

 25* TSAW (Wayikra  6, 1 - 8, 36)

 

צַ֤ו– Ordonne
 
Résumé
 
Cette paracha décrit, comme la précédente, les tâches liées aux sacrifices dans le sanctuaire mais, cette fois, du point de vue des prêtres [1]. Comme le lui a demandé Hachèm, Moché transmet à Aharon et à ses fils les lois que les prêtres seront tenus d'appliquer au cours de leur service dans le Tabernacle.
 
Sont détaillées les prescriptions relatives au feu permanent (אֵ֗שׁ תָּמִ֛יד) qui doit brûler sur l’autel, et celles relatives à ses cendres. La paracha expose des tâches liées aux sacrifices dans le sanctuaire. Sur le feu brûlant en permanence sur l’autel sont entièrement brulés tout ou partie des sacrifices [2]. Sont entièrement consumées les sacrifices de ‘Olah [3]  et les graisses des sacrifices de paix (Chélamim) [4], d’expiation (’Hatat)  et de faute (Acham) [5]. Si les prêtres ont le droit de consommer certaines parties des animaux non consumées, ils ne peuvent manger certaines graisses ni le sang et les sacrifices liés à des fautes (‘Olah).
Une poignée de fleur de farine, de l’huile et de l’encens qui est cette offrande de Min’ha sont consumés. Ce qu’il reste de cette offrande revient aux prêtres qui le mangent sans levain.
 
 Seules des personnes rituellement pures peuvent manger de ces offrandes, en un lieu et des limites de temps que précise la paracha. Ainsi, par exemple, le gâteau provenant de l’offrande de Min’ha doit être mangé par les prêtres à l’intérieur du parvis du sanctuaire [6].
 
Cette paracha revient sur la composition de l’encens et sur l’offrande quotidienne.
 
Aharon et ses fils demeurent sept jours dans le sanctuaire et sont initiés à leurs fonctions de prêtres par Moché. Après quoi, ils sont consacrés, et commencent les premiers sacrifices [7]  (Chap. 8).
 

----------------
NOTES
 
[1] Autres orthographes pour Tsaw : Tsav, Tzav, Çaw, Çav.
[2] Voir ci-après pour la définition des différents sacrifices.
[3] Wayikra 6, 1-6.
[4] Il est consommé par celui qui l’a offert et ses invités. Certaines portions reviennent aux prêtres cependant.
[5] Wayikra 6, 17-23. 
[6] בְּמָק֣וֹם קָדֹ֔שׁ בַּֽחֲצַ֥ר אֹֽהֶל־מוֹעֵ֖ד יֹֽאכְלֽוּהָ  (Wayikra 6,9).
[7] Nous utiliserons le mot hébreu korbanot (korban au singulier) au lieu de "sacrifices" car cette traduction n'est pas satisfaisante: elle donne l'idée d'une perte de quelque chose au lieu d'insister comme le mot hébreu sur l'idée de rapprochement avec Hachèm. 

Laisser un commentaire