53* Ha-azinou

 

 

 
53* HA-AZINOU (Débarim 32, 1 – 32, 52)
 
הַֽאֲזִ֥ינוּ Prêtez l’oreille
 
Résumé
 
 

 

Moché s’adresse aux Hébreux sous la forme d’un poème riche de sens dans cette paracha, l’avant-dernière du livre Débarim (et donc de tout le rouleau de la Torah). Moché commence par prendre à témoin de la justice divine le ciel et la terre avant d’exhorter le peuple à ne pas oublier les nombreux bienfaits dont Hachèm ית"ש  l’a gratifié. Il rappelle aussi que des châtiments attendent ceux qui se détournent de Dieu. Après quoi, le Saint, béni soit-Il, demande à Moché de gravir le Mont Nébo, l’heure étant pour le prophète de quitter ce monde.
Notre tradition enseigne qu’en ce poème résident des révélations sur la fin des temps, comme cela apparaît au dernier verset de la paracha précédente : וַיְדַבֵּ֣ר מֹשֶׁ֗ה בְּאָזְנֵי֙ כָּל־קְהַ֣ל יִשְׂרָאֵ֔ל אֶת־דִּבְרֵ֥י הַשִּׁירָ֖ה הַזֹּ֑את עַ֖ד תֻּמָּֽם׃  «Et Moché fit entendre à toute l’assemblée des enfants d’Israël les paroles de ce cantique, jusqu’à la fin » (Débarim 31,30).
Ramban (Na'hmanides) écrit: « Ce cantique vient apporter un témoignage véridique et fidèle sur les propriétés de notre histoire. Il commence par nous rappeler les bienfaits dont Dieu nous a comblés depuis qu'Il nous a choisis. Il rappelle ensuite comment l'excès d'abondance a engendré la révolte contre Hachèm et l'idolâtrie, provoquant elles-mêmes la colère divine et ses conséquences: la peste, la famine et le glaive désolant le pays, enfin la dispersion à tous les coins de la terre. Et tout ceci, on le sait, s'est accompli et s'est révélé exact. Le cantique annonce également qu'à la fin, Dieu se vengera de nos ennemis et punira ceux qui nous haïssent  » [1]. [2]

 

 

 

[1] Cit. R' Munk, kol hatorah, Deutéronome, pp. 299-300.
 
[2] Autres orthographes pour Ha-azinou: Haazinou,  Haazinu, Aazinou, Aazinu Ha’azinu,  

 

Laisser un commentaire