LVJ 2-19* Térouma

 

(c) Hillel Bakis

La voix de Jacob, 2013

 

 19* TEROUMA (Chémot 25, 1 – 27, 19)

 

תְּרוּמָ֑ה – Prélèvement
 
Résumé
 
 
Moché transmet aux Hébreux l’ordre divin de faire des offrandes selon leur cœur  pour que soit bâti le sanctuaire.
Les pages relatives à la construction du sanctuaire sont moins faciles à lire que celles du livre Béréchit  (où est présentée notamment l’histoire d’Adam puis celle de la famille d’Abraham).
Les premières parachas du livre Chémot détaillent l’histoire du peuple issu de Ya’akob  après sa descente en Egypte. Elles rappellent les miracles qui ont accompagné la sortie d’Egypte et le don de la Torah.
La construction du Sanctuaire [1] avait pour but de représenter la « résidence » de Hachèm sur le territoire de Son peuple, mais aussi de fournir un abri adéquat à l’arche (הָאָרֹן) et aux Tables de la Loi.
A partir de la paracha Térouma, la Torah présente les instructions divines relatives aux divers matériaux et objets nécessaires au service (cette semaine et les deux semaines suivantes : Tétsavé et  Ki Tissa). Après quoi seront abordées la construction effective (Wayak-el, Pikoudé) puis l’inauguration du sanctuaire (Wayikra).
Cette semaine, sont décrits d’abord l’Arche sainte (25, 10-22), la Table des pains (25, 23-30) et le Chandelier (25, 31-40). L'architecture du Tabernacle est précisée ensuite: murs extérieurs en tapisseries et planches verticales, socles, toit en peaux de ta’hach, traverses, rideaux (26, 1-37) ; l’Autel et ses barres de transport (27, 1-7) ; la cour  du Tabernacle avec ses planches, piliers, socles, tentures (27, 8-19).
Après les nombreuses mitsvot présentées dans la paracha précédente, la Torah n'ordonne ici que quelques mitsvot:
- la construction du michkan (וְעָ֥שׂוּ לִ֖י מִקְדָּ֑שׁ וְשָֽׁכַנְתִּ֖י בְּתוֹכָֽם׃ « Ils feront à mon intention une résidence de sainteté, et je résiderai en eux »25,8) ;
- la présentation de douze pains sur la table וְנָֽתַתָּ֧ עַֽל־הַשֻּׁלְחָ֛ן לֶ֥חֶם פָּנִ֖ים לְפָנַ֥י תָּמִֽיד׃  « Tu donneras sur la table du pain devant moi, toujours » (25, 30) [2].  Cette mitsva est qualifiée d’alliance de paix pour les enfants d’Israël בְּרִ֥ית עוֹלָֽם׃  (Wayikra 24, 8);
- l'interdiction de retirer les perches de transport de l’Arche sainte (25, 15).
 

 

 

 


[1] Le sanctuaire était un espace appelé Michkan (משכן= demeure) ou Ohel mo’ed  (אוהלמועד= Tente du rendez-vous ; tente d'assignation ou tabernacle) mesurant 30 coudées de long sur 10 coudées de large. Le sanctuaire comportait trois « murs » (assemblage de planches recouvertes d’or et tenues par des socles en argent). Il était pourvu d’un toit fait de trois couches (des tapisseries multicolores de laine et de lin ; une couverture de poil de chèvre ; une couverture en peau de bélier et en peau de l’animal dit ta’hach). La 4ème paroi était une tenture brodée. Dans le sanctuaire se trouvait un espace distinct  séparé par un rideau : le saint des saints (קודש הקודשים). Le sanctuaire était entouré d’une cour (hé’hatser) de 50 coudées de large et 100 coudées de long et clôturé par des tentures soutenues par des poteaux.
[2] לֶ֥חֶם פָּנִ֖ים : littéralement ‘pain de faces ». La paracha Emor apporte des précisions (Wayikra 24, 5-9).
[3]  Autres orthographes pour Térouma: Terumah. Teroumah, Teruma. Terouma, Trouma , Truma, Troumah, Trumah.

Laisser un commentaire