38* Kora’h

 

 

38* KORA’H (Bamidbar 16, 1 - 18, 32)
קֹ֔רַחKora’h
 
Après les récriminations du peuple au retour des explorateurs, cette paracha expose un véritable soulèvement. Des meneurs accusent Moché d’accaparer le pouvoir politique en fonction de ses intérêts et de ceux de ses proches parents. Deux cent cinquante quatre notables [1] lancent la révolte: Kora’h (un Lévite), trois membres de la tribu de Réouben (Datan, Abiram et On) et 250 membres des tribus se regroupent autour d’eux (23 hommes par tribu, hors celle de Lévi, autant qu’il en fallait pour constituer le petit Sanhédrin de chaque tribu). Cette révolte s’inscrit aussi dans un contexte plus général : l’insatisfaction des aînés qui, depuis la faute du veau d’or, sont dépossédés de leur prêtrise au profit des Lévites [2].
Datan et Abiram, membres de la tribu de Réouben aspiraient à un rôle important puisque leur tribu était celle du premier né de Ya’akob. Aussi, ils créèrent des difficultés à Moché à de nombreuses occasions [3].
A la suite de cette révolte, Moché ne s’est pas défendu lui-même. Il a laissé le Saint, béni soit-Il, lui faire justice des accusations mensongères: et la terre s’est ouverte pour engloutir Kora’h, Datan, Abiram et leurs proches ; quant aux 250 alliés ils furent détruits par un feu descendu du ciel (Chap. 16) [4]. Cela démontra de manière éclatante que l'organisation sociale et politique du peuple d'Israël [5] était celle définie par la Torah et mise en œuvre par Moché et Aharon.
Le peuple continuant de se plaindre de Moché, l’épidémie se répandit parmi les mécontents faisant 14700 morts ; elle s’arrêta de frapper après que Moché ait ordonné à Aharon d’intervenir en faisant fumer de l’encens.
La démonstration divine du choix de Moché et Aharon se poursuivit avec le dépôt d’un bâton par tribu dans la tente d’assignation : seule celui de la tribu de Lévi produisit des fleurs, des bourgeons de fruits et des fruits (Chap. 17). Le rôle des Lévites, substituts des premiers-nés d’Israël, clairement confirmé par ce miracle, ne fut plus contesté.
La paracha se termine sur des précisions relatives aux fonctions (garde du Temple, musique et chants lors des sacrifices) et revenus des Lévites (dîme des récoltes). [6]
 


[1] נְשִׂיאֵ֥י עֵדָ֛ה קְרִאֵ֥י מוֹעֵ֖ד אַנְשֵׁי־שֵֽׁם׃  « princes de la communauté, membres des réunions, personnages notables » (Bamidbar, 16, 2). אַנְשֵׁי־שֵֽׁם peut souligner l’importance de ces personnages (notables, personnalités), mais le Midrach donne une signification supplémentaire: ils savaient utiliser le Nom sacré de Hachèm, ce qui effraya Moché qui ne pouvait donc employer ce même Nom à leur encontre (Midrach Tan’houma, cit. R’ E. Munk, Kol hatorah, Bamidbar, 16, 2, p. 161). Leur révolte s’appuie sur la doctrine suivante : כִּ֤י כָל־הָֽעֵדָה֙ כֻּלָּ֣ם קְדֹשִׁ֔ים « car toute la communauté, tous sont saints » (Bamidbar, 16, 3). Toute la communauté doit avoir les privilèges de Moché et d’Aharon, notamment au niveau du sacré.
[2] Ibn ‘Ezra.
[3] Datan et Abiram contestaient Moché depuis l’Egypte. La tradition rapporte que ce sont les deux hommes hébreux (שְׁנֵֽי־אֲנָשִׁ֥ים עִבְרִ֖ים נִצִּ֑ים) qui obligèrent Moché à quitter l’Egypte pour Midian ; alors qu’ils se querellaient, l’un d’eux répondit  aux réprimandes de Moché: « Qui t’a établi chef et juge sur nous ? Est-ce que tu veux me tuer, comme tu as tué l’Égyptien ? »  (Chémot 2, 13-14). Plus tard, devant la mer des Joncs, ils incitèrent le peuple effrayé par l’arrivée de l’armée du Pharaon, à retourner en Egypte «  Est-ce faute de sépulcres en Égypte, que tu nous as emmenés mourir dans le désert ? … Servons l’Égypte » (Chémot 14, 10-12).
[4] וְאֵ֥שׁ יָֽצְאָ֖ה מֵאֵ֣ת יְהוָ֑ה וַתֹּ֗אכַל אֵ֣ת הַֽחֲמִשִּׁ֤ים וּמָאתַ֨יִם֙ אִ֔ישׁ מַקְרִיבֵ֖י הַקְּטֹֽרֶת׃  « Et un feu s’élança de devant Hachèm, et consuma les deux cent cinquante hommes qui avaient offert l’encens »(Bamidbar, 16, 35). Quant à Kora’h, il fut à la fois foudroyé puis englouti par la terre (T.B. Sanhédrin 110a ; R’ E. Munk, Kol hatorah, Bamidbar, 16, 35, p. 169).
[5] Le peuple est composé de trois parties : les Cohen, les Lévi, et Israël.
[6] Autre orthographes pour Kora'h: Korach, Korach, Qorach, Quorach, Quora’h, Koré, Coré 

 

 

Laisser un commentaire