12* Way’hi

 

 

12* WAY’HI (Béréchit 47, 28 – 50, 26)

וַיְחִ֤י - Il vécut

 

Après avoir retrouvé son fils, Ya’akob s’installa en Egypte et y vécu pendant 17 ans, jusqu’à sa mort. A l'approche de la mort de son père, Yossef se rendit auprès de lui avec ses fils Ephraïm et Ménaché, nés en Egypte. Ya’akob le fit jurer qu’il l’enterrera en Terre sainte. Puis il bénit Ménaché et Ephraïm en les élevant au rang de ses propres fils : chefs de tribus (Chap.  48).  

Avant sa mort, il souhaita révéler la fin des temps à ses enfants, mais il en fut empêché. Il bénit alors ses fils dans une prophétie où le rôle de chaque tribu est mis en valeur: Yéhouda  (chefs et législateurs, le Messie en proviendra 49, 8-12) ; Lévi (prêtres) ; Yissakhar (savants) ; Zébouloun (navigateurs) ; Chim’one (maîtres d’école) ; Gad (soldats) ; Dan (juges) ; Acher (producteur de délicieux aliments). Parfois c’est une qualité de la tribu qui apparaît: Naphtali (rapidité d’une gazelle, belles paroles) ; Binyamin (férocité d’un loup) ; Yossef (beauté et fertilité). Il fait aussi des reproches : Réouben (quoique premier-né, il n’excellera pas, étant 'bouillonnant comme les eaux' פַּ֤חַז כַּמַּ֨יִם֙ אַל־תּוֹתַ֔ר). A Chim'one et Lévi, Ya’akob reproche le massacre de Chékhèm et le complot contre Yossef, mais il prit soin de ne pas les maudire: c’est leur seule colère qu’il maudit (אָר֤וּר אַפָּם֙).

Ya’akob demanda à ses fils de ne pas laisser sa dépouille sur le sol d'Egypte, mais de la transporter près de 'Hébron, dans la grotte où ont été enterrés ses parents et grands-parents, là où il avait enterré sa femme Léa (49, 29-32). 

 Après le deuil et l’enterrement de Ya’akob (50, 1-14), Yossef rassura ses frères qui craignaient que son comportement à leur égard ne change suite à la mort de leur père: אַל־תִּירָ֑אוּ « N’ayez pas de crainte » et leur expliqua : וְאַתֶּ֕ם חֲשַׁבְתֶּ֥ם עָלַ֖י רָעָ֑ה אֱלֹהִים֙ חֲשָׁבָ֣הּ לְטֹבָ֔ה לְמַ֗עַן עֲשֹׂ֛ה כַּיּ֥וֹם הַזֶּ֖ה לְהַֽחֲיֹ֥ת עַם־רָֽב׃ « Vous avez pensé du mal contre moi : Dieu l’a pensé en bien, afin de faire vivre aujourd’hui un peuple nombreux » (50, 15-21).

Après avoir vécu en Egypte jusqu’à l'âge de 110 ans (50, 21) et vu les enfants de ses petits-fils, Yossef fit promettre à ses frères que ses ossements ne resteraient pas en Egypte lorsque sera venu le temps de la fin de cet exil. [1].

 

 

 


[1] Autres orthographes pour Way’hi: Vay’hi, Vaye’hi, Vaï’hi, Waï’hi, Vayyechi, Vayékhi.

 

 

Laisser un commentaire