11* Wayigache

 

 

 
11* WAYIGACHE 
(Béréchit 44, 18 - 47, 27)
 
וַיִּגַּ֨שׁ– Il s’avance
 
Résumé
 
 
Yossef (Joseph) fit comparaître ses frères devant lui : il annonça son intention de retenir Binyamin (Benjamin) en captivité. Yéhouda (Juda) s’avança et proposa un compromis : puisque Yossef voulait un captif, c’est lui-même qui se portait volontaire car il s'était porté garant de son jeune frère (Chap.  44). Yossef refusant cette solution, Yéhouda comprit qu’il n’est pas confronté à une sanction divine car Binyamin était innocent de la vente de Yossef. Yéhouda avança alors sans crainte, prêt à l’affrontement avec un monarque cruel.
La proposition de Yéhouda démontra à Yossef que ses frères s'étaient vraiment repentis de leur comportement passé à son égard. Il se fit alors reconnaître d’eux : אֲנִ֣י יוֹסֵ֔ף הַע֥וֹד אָבִ֖י חָ֑י  « Je suis Yossef. Mon père vit-il encore? » (45,3). Ses frères furent troublés mais rassurés car Yossef affirma n'éprouver aucun ressentiment contre eux : « ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici ! » Dieu les avait inspirés afin qu’il puisse aider sa famille pendant la longue famine qui devait frapper le monde.
Ya’akob (Jacob) vit les chariots chargés de cadeaux que Yossef avait envoyés pour le transporter. Apprenant que Yossef était vivant, il retrouva sa capacité à prophétiser et Hachèm lui assura que sa descendance allait former une grande nation et qu’elle reviendrait s’établir dans le pays de Kéna’an (Canaan).
Ya’akob descendit en Egypte retrouver Yossef après 22 années de séparation. Pharaon attribua la terre de Gochen[1] aux Hébreux qui y connurent une grande prospérité (Chap. 47). La famille d’Israël comptait alors 70 personnes comme il est écrit  כָּל־הַנֶּ֧פֶשׁ לְבֵֽית־יַעֲקֹ֛ב הַבָּ֥אָה מִצְרַ֖יְמָה שִׁבְעִֽים׃
(46,27)
 [2]
 


[1] Autres orthographes pour גֹּ֔שֶׁן : Goshen.
[2] Autres orthographes pour Wayigache : Vayigache, Wayigach, Wayigash, Vayigash, Vayyiggash.

 

Laisser un commentaire