08* Wayichla’h

 

 

 
08* WAYICHLA’H (Béréchit  32, 4  -36, 43)
 
וַיִּשְׁלַ֨ח  - Il envoya
 
Résumé
 
 
Ya’akob (Jacob) retourna près de son père après 20 ans passés à ’Haran. Il envoya des messagers devant lui pour sonder les intentions de son frère ’Essaw (Esaü) à son égard car, lorsqu’il l’avait quitté, ce dernier en voulait à sa vie. Les messagers l’informèrent que ’Essaw lui-même venait à sa rencontre, accompagné de 400 hommes armés. Ya’akob se prépara au combat, tout en priant. Dans l’espoir d’une réconciliation et pour l’apaiser si nécessaire, il lui envoya des messagers munis de riches cadeaux. Il offrit plusieurs troupeaux, espacés pour mieux mettre en valeur son présent [1] (32,14-22).
A un moment où il se retrouva seul, Ya’akob fut attaqué par ce qui s’avérera être l’ange de ’Essaw. Blessé il poursuivit le combat. A l'aurore, l'ange interrompit la lutte, le bénit et  lui révéla que, désormais, Ya’akob avait obtenu le mérite de s’appeler Israël  [2] (Chap. 32). 
 La rencontre de deux frères se passa bien, ’Essaw étant dans de bonnes dispositions. Puis ils se séparèrent, ’Essaw allant vers Sé’ir et Ya’akob vers Souccot [3] puis vers Chékhèm (Sichem/ Naplouse). Là, il acquit un terrain et s’établit (Chap. 33). Lors de ce séjour, sa fille Dina enlevée par le fils du roi de Chékhèm est violentée puis demandée en mariage. Il accepta cette proposition à la condition que tous les habitants de la ville soient circoncis. Mais deux fils de Ya’akob, Chim'one et Lévi, vengent leur sœur en tuant tous les hommes de Chékhèm (Chap. 34).
Ya’akob monta à Bet-El sur ordre de Hachèm (35,1), là même où il avait eu la vision de l’échelle avant son départ pour ’Haran (28,19). Hachèm confirma  son nom : Yisraël (וַיִּקְרָ֥א אֶת־שְׁמ֖וֹ יִשְׂרָאֵֽל  -35, 10). Il annonça aussi  que le don du pays à Abraham et Yits’hak (Isaac) lui est exclusivement destiné à lui et sa descendance (וְאֶת־הָאָ֗רֶץ אֲשֶׁ֥ר נָתַ֛תִּי לְאַבְרָהָ֥ם וּלְיִצְחָ֖ק לְךָ֣ אֶתְּנֶ֑נָּה וּֽלְזַרְעֲךָ֥ אַֽחֲרֶ֖יךָ אֶתֵּ֥ן אֶת־הָאָֽרֶץ׃  - 35, 12). 
Alors que Ya’akob et sa famille poursuivaient leur voyage vers le sud, Ra’hel (Rachel) donna naissance à Binyamin (Benjamin) avant de mourir; elle fut enterrée au chemin d’Éfrat (près de Bethléem) (35, 16-20).
Ya’akob rejoignit ensuite son père à 'Hébron, ’Essaw allant s'installer à Sé’ir. Yits’hak mourut et ses deux fils l’enterrèrent.
La paracha se termine sur la généalogie des descendants de ’Essaw (Chap. 36).[4]

 

 

 

 


[1]  Au total: 200 chèvres et 20 vingt boucs ; 200 brebis et 20 béliers ; 30 dromadaires femelles et 30 mâles ; 40 vaches et 10 taureaux ; 20 ânesses et 10 ânes. Rachi explique qu’on associe 10 chèvre pour chaque bouc ;  10 brebis pour chaque bélier ; 4 vaches par taureau ; 2 femelles par âne ; une femelle par dromadaire (ces animaux étant connus pour leur discrétion, le texte en parle à mots couverts : « et leurs petits » au lieu de et leurs constructeurs, c’est-à-dire « et leurs mâles »).   Rachi sur le verset 32,16.
[2]  En ce nom ישראל se retrouvent les initiales des noms des patriarches et matriarches: יצחק Yits’haketיעקבYa'akob,  שרהSarah,רחלRa’heletרבקהRivka, אברהם Abraham,etלאה Léa, Ya’akob«synthétise dans son nom les qualités de nos pères et mères » comme le remarque R‘ Yaacov Guedj (2008), La Bible. Un autre regard. Biblieurope, Paris, 337 p. (p. 33).
[3]וְיַֽעֲקֹב֙ נָסַ֣ע סֻכֹּ֔תָה וַיִּ֥בֶן ל֖וֹ בָּ֑יִת וּלְמִקְנֵ֨הוּ֙ עָשָׂ֣ה סֻכֹּ֔ת עַל־כֵּ֛ן קָרָ֥א שֵׁם־הַמָּק֖וֹם סֻכּֽוֹת׃  « Et Jacob part à Souccot, et bâtit pour lui une maison, et pour son bétail [il] fait des cabanes; c’est pourquoi on appela le nom du lieu Souccot » (Béréchit  33, 17). Cela signifie qu’il y construisit une solide maison d’étude (« béy midracha » précise le Targoum Yonathan sur le verset) et de simples cabanes provisoires (pour son bétail : ceci démontre qu’aux yeux de Ya’akob, les biens matériels passent au second plan, par rapport aux richesses spirituelles).
[4] Autres orthographes pour Wayichla'h: Vaïchla'h, Vayichla'h, Vayishlach, Vayyishlach

 

Laisser un commentaire