Haftara- Chouchan Pourim

 

I-10* Chouchan Pourim (15 Adar)

 

Indications liturgiques

 

Pourim est fêté le 15 et non le 14 Adar à Jérusalem et autres villes entourées de murs d’enceinte [1] - comme Hébron, Tibériade, Tsfat (Safed) et Ako (Acre). A l’époque d’Esther, les Juifs de l’Empire d'A’hachvéroch (Assuérus) qui habitaient des villes sans murailles ont vaincu leurs ennemis et terminé leur combat le 13 Adar. Mais ceux qui habitaient la ville fortifiée de Suze ont dû poursuivre la bataille un jour de plus ; leur combat s’étant terminé le 14, les Juifs de Suze ont fêté leur victoire le quinzième jour d’Adar. C’est pourquoi les Juifs résidant dans les villes murées fêtent Pourim le 15 Adar- encore de nos jours [2].

Si le 15 Adar est  jour de chabbat, une haftara est lue. Cette coutume de Jérusalem est suive par les Séfarades [3] et les Achkénazes [4] qui lisent alors la même haftara  que celle qui est lue lors de chabbat Zakhor (I Chemouel 15,1-34) - ainsi, on lit la même haftara deux chabbats de suite [5].

Même si cela ne concerne pas les lieux où Pourim est fêté le 14 Adar, le 15 Adar, lendemain de Pourim [6], est tout de même un jour de joie : nous ne lisons pas les Ta’hanounim (supplications pendant l’office).

 

 

 

Communautés de Jérusalem, Hébron, etc.

(I Chemouel 15,1-34)

וַיֹּ֤אמֶר שְׁמוּאֵל֙ אֶל־שָׁא֔וּל

Voir : haftara Zakhor.

 

 


[1] A l’époque de Yéhochoua’ ben Noun (Josué).  

[2] Si, à la fin du 14 Adar, on se déplace d’une ville non murée vers une ville murée (par exemple de Tel Aviv à Jérusalem, ou de Beersheba à ‘Hébron) on observera à la fois Pourim et Chouchan Pourim, soit deux jours de fête.  Pour les questions de halakha, prendre l'avis d'un rav.

[3] R’ David Yossef (5758), Torat hamo’adim. Purim wé ‘hodech Adar. (Chap. 12, halakha 8), p. 361. Kolel yé’hawé da’at, Jérusalem.

[4] R’ J. Schwarz (1996), p. 542. 

[5] R’ J. Schwarz (1996), p. 542. 

[6] Ce jour se nomme : Chouchan Pourim. Pourim de Suse. 

 

Laisser un commentaire