Exeg. 3.2 Tsérouf et témoura

 

 

Les méthodes de substitution  (Tsérouf) et de permutation (Témoura)

 

Le principe des substitutions (צרוף tsérouf , tseruf) et permutations (טמורה témoura, temura) font partie des 32 règles de R’ Yossi Hagalili. Le mot (ou verset) est considéré comme un agencement de lettres, à décoder  [1].

 

Ce décodage se fait selon des méthodes précises en utilisant les lettres du mot considéré, ou bien selon des règles de substitution des lettres du mot considéré par d’autres lettres désignées par des grilles précises d’équivalence.

 

Voir le tome 6 de la série La Voix de jacob où les méthodes sont présentées tour à tour.

 

 

 


[1] « Nos Maîtres affirment que lorsque des mots possèdent la même racine ou se composent des mêmes lettres, ceci révèle qu’un lien étroit les unit ». Cité par R’ Mena’hem Berros (2004), Pardes Ména’hem, Béréchit, p. 291. Exemple בראשית  donne א''בתשרי  soit… le 1er Tichri; le mot בראשית  porte donc en lui l’allusion à Roch Hachana et à la création de l’être humain. Autre exemple : les mots âme (néchama), huile (chémen), et huit (chémini), sont composés des mêmes lettres (noun,  chin, mem,  hé). 

Laisser un commentaire