2015 – Légion d’honneur pour Alain Zylberman

 

 

Légion d’honneur pour Alain Zylberman

par Hillel Bakis 

Actualité juive, Rubrique « Régions », n° 1362, 22 octobre 2015, p. 38

 

 

Le Président du Consistoire Régional et de la Communauté juive de Montpellier a été distingué par la République. Le 15 octobre, en Préfecture, il a reçu la légion d'honneur des mains de Joël Mergui, président du Consistoire Central.

 

Pierre de Bousquet, Préfet de la région Languedoc-Roussillon et de l’Hérault, avait fait ouvrir le salon d’honneur de la Préfecture pour la tenue de cette cérémonie. Dans un discours introductif, il a accueilli la nombreuse assistance et rappelé les qualités du récipiendaire avant de céder la parole à Haïm Korsia, Grand rabbin de France. Ce fut au tour de Joël Mergui de faire l’éloge d’Alain Zylberman avant de lui remettre une prestigieuse distinction : les insignes de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

 

L’itinéraire et les qualités professionnelles et humaines du récipiendaire ont été rappelés par les divers intervenants : né à Montpellier en 1954, il a occupé de nombreuses fonctions publiques : Conseiller municipal et Vice-président de la l’Agglomération de Montpellier (2008 à 2014).  Elu dans les instances communautaires depuis 1982, son activité associative témoigne de son dévouement à la communauté juive locale, régionale et nationale : Président du Consistoire régional Languedoc Roussillon, Président de L’ACIM (2015). A ce titre, il siège au Consistoire central de l’Union des Communautés Juives de France, et en a été élu membre du bureau en 2013.

 

Une foule nombreuse était présente à cette cérémonie. On pouvait y reconnaître des élus, des responsables régionaux et communautaires. Sans tous les citer, notons la présence d’Isaac Benhamou (Rabbin de Montpellier), de Jean-Didier Lévy (ancien Président de l’ACIM) et de Maurice Abitbol (Président de la Communauté de Béziers), etc. Pendant le généreux cocktail qui suivit, Pascal Georges (que Yad Vashem distingua comme « Justes des Nations » en 1994) expliqua à ses divers interlocuteurs combien était grand le « Devoir de Mémoire » à propos de l’antisémitisme et la Shoa.

 

Au-delà de l’événement, cette remise de décoration en Préfecture avait une saveur particulière alors que, comme l’a souligné Joël Mergui « Qui est le Juif de France qui ne s’interroge pas aujourd’hui sur son avenir ? » Le même expliqua que lorsqu’il visitait des synagogues de Province une pensait lui venait : « si un jour il ne devait plus y avoir de lumière dans cette synagogue, la France perdrait un peu de son âme » ?.

A travers la distinction d’Alain Zylberman, cette soirée a témoigné de l’attachement réciproque de la France à ses Juifs et des Juifs français à la République.

 

Hillel Bakis

Laisser un commentaire