2011-2016 – La communauté juive de Montpellier

Dernière mise à jour: juin 2016

 

 

La communauté juive de Montpellier

 

 

Rappelons le passé de cette vigoureuse communauté millénaire (1).

 

L'histoire

Au Moyen âge, Montpellier fasait partie de la Provincia (Provintzia) "nom juif désignant les régions non rattachées au royaume de France" Tsarfat désignant alors la France du nord (2). La région est riche d’un ancien passé juif, notamment dans les villes de Narbonne, Nîmes, Perpignan, Montpellier et ses environs (Lunel, Posquières - actuelle Vauvert)… Des écoles fameuses s’y sont développées,  des rabbins célèbres y ont enseigné au Moyen âge (3). 

La présence juive dans la ville de Montpellier est probablement aussi ancienne que la  ville (crée en 985). Dans son testament (1121), Guilhem V, seigneur de la ville défend à ses héritiers de nommer des Juifs comme officiers de justice). Les vestiges d’un ensemble cultuel juif comptant parmi les plus anciens d’Europe subsistent sont découverts au centre de la ville près de la Préfecture. Ils datent des 12e-14e siècles. Classés au titre des Monuments Historiques en 2004, ils comprennent un mikveh, une synagogue (plus de 10 m. de façade) et des bâtiments annexes (maison d’étude, maison de l'Aumône). Ils sont en cours de restauration  au cœur de la ville (rue de la Barralerie). Le mikveh peut se visiter. Le rabbin Abba Mari a été l’un des acteurs de la controverse autour de la place des études philosophiques dans le Judaïsme, et autour de l’œuvre philosophique de Maïmonide qui avait des partisans à Montpellier à cette époque.

De grands maîtres ont vécu dans la région. A Narbonne la présence juive est attestée au 5ème siècle. Au siècle suivant, la situation des Juifs se dégrada sous la domination des rois Wisigoths mais Charlemagne leur accorda ensuite des privilèges, dont celui de posséder des domaines héréditaires et d'avoir un « roi » (Nassi). 

Un jeu de mot sur le nom de la ville de Narbonne indique son rôle dans la diffusion de la Torah dans le monde juif : « Ner Bina » signifie ‘lumière de l'intelli­gence’. A Lunel  une yéchiva se développa au 10e siècle jouant un rôle essentiel pour l’étude de la Torah et la pensée occidentale (traductions des œuvres philosophiques et scientifiques de la Grèce et de l’Orient). Une autre yéchiva importante était située à Posquières (actuelle Vauvert) d’où rayonnait notamment l’autorité de R’ Abraham fils de David (le Raavad). De grands maîtres vécurent dans la région parmi lesquels: R’ Mena'hem haMéïri à Perpignan et R’ Yédaya haPénini Béderchi à Béziers.

Les Juifs de Montpellier ont joué un rôle notable dans la création de la Faculté de médecine dont Jacob ben Mahir fut l'un des doyen (1300). A Montpellier travailla l'astronome marseillais Makhir ibnTibon (1240-1308), connu sous le nom de Don Profiat a été l'auteur d'un calendrier qui eut droit aux éloges de Nicolas Copernic et de Johannes Képler. 

Après une première expulsion de Montpellier (1305), R’ Chim’on ben Yossef dit En Duran de Lunel écrivait : « Grand mont de Montpellier, des pierres duquel ont été extraits des joyaux,... mont que Dieu a aimé, palais où il avait établi sa demeure ! La muraille… de la foi l’entoure... Les sciences exultent dans ses rues. Sur ses demeures, les troupeaux de sages se reposent et se nourrissent d’exégèse, de Talmud et de Michna...».

Les Juifs ont été rappelés dix ans plus tard pour être de nouveau chassés entre 1322 et 1360. Leur quartier ayant été convoité en 1365 ; une nouvelle synagogue sera implantée dans un quartier moins salubre peu avant l'exil de 1394. L’édit d’expulsion de 1394 mettra fin à cette effervescence intellectuelle et économique. L’édit d’expulsion restera en vigueur jusqu’à la Révolution de 1789.

A partir du 16ème siècle des Juifs s’installent de nouveau dans la région : d’abord quelques juifs espagnols convertis pratiquant en secret leur religion. En 1680, les Juifs furent de nouveau expulsés car la corporation des commerçants le souhaitait: leurs marchandises furent saisies. Au 18ème siècle, ils obtinrent de nouveau le droit de commercer dans la ville. 

 

Depuis le milieu du 20e siècle

 

Années 40 et 50 

La communauté juive fut pratiquement réduite à néant pendant la Seconde Guerre mondiale. A noter la remarquable action de plusieurs Justes des Nations qui sauvèrent des Juifs français ou étrangers dans la région.

A la fin des années 1950, une toute petite communauté existait à Montpellier: des Juifs ashkénazes pour l'essentiel ainsi que quelques familles de Juifs ayant quitté la Tunisie après l’indépendance de ce pays, des étudiants et un Rabbin, Monsieur le Rabbin Khan, venu de Strasbourg. Il organisait les offices en son domicile (Avenue de Lodève) qui servait aussi pour quelques réunions communautaires. Il passait commande de la viande, et des poulets.

 

Après 1960 

lAvec l'agravation des événements d'Algérie et l’arrivée en France des Juifs  rapatriés, certains s'établirent à Montpellier et sa région, dont des fonctionnaires mutés. L'Association cultuelle israélite a été créée dans ce contexte, par le Président César Uziel. Avec le Fond Social Juif Unifié, l'ACI a acheté ultérieurement un bâtiment avec l'aide de Simon Zylberman : la "villa des oeillets » sise au 18 de la rue Ferdinand Fabre, près de l'actuel Centre communautaire Mazal Tov. Un centre communautaire a été parallèment créé sous forme d'association.

 

ACI (devenue ACIM)

La communauté juive (ACI) se réorganisa après la guerre, et notamment après 1962 avec l’installation de Juifs d’Afrique du nord, sous l’action de plusieurs présidents dont :

  • César Uziel (1934-1957),
  • Louis Kahn (1957-1969),
  • André Kalfa (1969-1972),
  • Maurice Reboah (1972-1974),
  • Maurice Melka (1974-1980),
  • Simon Tordjman (1980-1982),
  • Alain Zylberman (1982-1983),
  • Joseph Bensoussan (1983-2004) a marqué durablement la communauté. 
  • Jean-Didier Lévy (2004-2015) a été ensuite élu président et reconduit deux foix en 2007 et en 2011 avec une continuité des membres du Conseil d'administration (4).
  • Alain Zylberman (2015) a été élu président suite aux élections de mai 2015 en vue du renouvellement des Administrateurs de l'ACIM: les votants ont renouvelé leur confiance à l’ancien bureau (Jean-Didier Lévy, président sortant, a obtenu un nombre record de suffrages exprimés). Les candidats à un nouveau mandat furent réélus ou élus dans le cas de quelques entrants: MM. Frédéric Corcos, Jean-Paul Guez, Roger Tordjman, Charles Ebguy. Le nouveau bureau compte trois vice-président: Jack Chemla et Marcel Mékiès (par ailleurs confirmé dans ses fonctions de Trésorier) ainsi que Nicole Cohen Salmon (également chargée du Secrétariat général). Le bureau a désigné trois présidents d'honneur:  Mme Zylberman (à titre posthume) Joseph Bensoussan et Ozias Guedj (par ailleurs responsable de la Hevra Kadicha). 

L’action de l’ACIM a pris de l’ampleur avec les années depuis la Présidence de Joseph Bensoussan (coopérative de produits kacher, talmud torah, mikvé moderne, Maison de Tibériade, Ecole et collège juifs) avant de se déployer au niveau régional avec la mise en place d'un Consistoire régional (présidé par Joseph Bensoussan puis par Alain Zylberman depuis 2013). Ces actions se sont amplifiée autour du Président Jean-Didier Lévy de 2004 à 2015 en tendem avec le rabbin Didier Kassabi; ils ont notamment réussi à multiplier cours hebdomadaires (les soirs de semaine mais aussi avant moussaf et avant min'ha les chabbat, ainsi que pendant la souda du troisième repas chabbatique; ils ont aussi organisé des conférences périodiques débouchant sur  un événement autour de la Torah (Yom Hatorah, 2007 et quelques années suivantes).

Les rabbins

Le rôle des différents rabbins de la ville fut déterminant:

  • R' Henri Schilli (1940-1943). "Il crée de toutes pièces une communauté avec les nombreux réfugiés et les rares juifs locaux...  Les premiers offices organisés sont ceux de Roch Hashana 1940. Ils se dérouleront dans un entrepôt mis à la disposition de la communauté par Elie [Cohen]. De véritables miracles sont réalisés grâce à son aide financière" (dont "une Haggada imprimée pendant la guerre, diffusée dans toute la France, et qui le sera également... dans les camps d'internement. Entre temps, tout en s'occupant de sa communauté, il deviendra aumônier d'un certain nombre de camps d'internement puis - après l'arrestation du grand-rabbin Hirschler - de tous les camps de la Zone Sud." (5). Parmi les rabbins les plus récents, citons:
  • R' Kahn (venu de Strasbourg) fin des années 50
  • R’ Alain Sénior ;
  • R’ Laurent Bérros; 
  • R’ Didier Kassabi (2004-juillet 2013) (6). 
  • Rav Yits'hak Benhamou (2013), nouveau rabbin de Montpellier a pris ses fonctions en août 2013.

L’activité cultuelle est animée aussi par trois autres synagogues dont deux ont été créées récemment (à Castelnau-le-Lez et à La Grande-Motte), outre celles du Beth Habad (Rav Perez Partouche) d'une part, du courant "libéral" d'autre part. 

 

La vie culturelle et associative

La vie culturelle et sociale des Juifs de Montpellier est animée par le calendrier religieux, mais elle est aussi structurée par l'initiative d'individus, et les activités de nombreuses associations et institutions juives locales ou nationales.

 

Le Centre communautaire (devenu CCCJM) 

Plusieurs présidents se sont par ailleurs succédés à la tête du Centre Communautaire aujourd'hui appelé Culturel Culturel et Communautaire Juif de Montpellier (CCCJM). Au milieu des années 90, le CCCJM a acquis de nouveaux locaux dans le quartier d'Antigone et s'y est installé. 

 Cette institution a créé "la Journée de Jérusalem" grand moment communautaire et de soutien à Israël de la région, instauré en 1977 avec l'appui de feu Georges Frêche et devenue au fil des ans un grand rendez-vous populaire et festif.  Michèle Bensoussan, présidente du CCCJM, a indiqué en 2015 que le thème de l'année était "‘l’ambition de vivre ensemble’ pour montrer les efforts importants faits en vue de la cohabitation des communautés Arabes, Chrétiennes et Juives à Jérusalem au-delà des antagonismes religieux ou politiques ». Ce Centre organise en outre de nombreuses conférences, spectacles et cours tout au long de l'année, mais aussi, une fois par an, la commémoration de la Shoa.  

Citons ses présidents successifs:

Docteur Elie Bensoussan,
André-Dupont-Nahoum,
Michel Weil,
Jean-Paul Benkemoun,
Michel Attali,
Charles Elbaz,
Raphaël Siboni,
Docteur Frédéric Corcos
Maître Michèle Bensoussan 

 

Autres institutions et associations

Parmi les institutions, outre le Centre Culturel et Communautaire Juif de Montpellier déjà mentionné, citons parmi d’autres : le CRIF régional, la Solidarité communautaire, Alpha Oméga, ATRID, AUJF, BBYO, Rambam, B’nai Brith, KKL, Koupat R’ Meir Ba’al Hanes, SIONA (qui existe à Montpellier depuis 1973), UEJF, Volontariat civil en Israël, WIZO, l'Amitié judéo-chrétienne, etc.. Si certains associations qui ont beaucoup compté autrefois ne sont plus actives (telle AJTL),  des institutions récentes sont dynamiques. 

Mentionnons une radio (Radio Aviva), l’Institut Maïmonide (fondé en 2000 par le Grand-Rabbin René-Samuel Sirat ancien grand rabbin de France), l'Institut Rabbi Yécha'ya Bakis (qui compte diverses publications autour de la Torah et des traditions juives  et qui a créé à Montpellier le site web http://editionsbakish.com/ en 2011) où est publiée cette page. 

 

Terminons par un point particulièrement important: une école et un collègue juifs sont en fonction et leurs résultats sont excellents.

 

Hillel Bakis

-------

Notes

(1) Une première version de ce texte a servi de base à un article paru dans le magazine Shalom pratique:   "La communauté juive de Montpellier. Son histoire" Shalom pratique, n° 8, Nice, pp. 54-55, septembre 2011.  La version actuelle résulte de divers compléments. Dernière actualisation: novembre 2015.

(2) Comme le notent Huser Asrtid & Claude de Mecquenem (2009).  

(3) Voir Y. Maser (2015).

(4) Pour le mandat 2007-2011 les administrateurs élus furent : Alain Zylberman (Vice-Président); Jacques Chemla (Secrétaire général); Marcel Mekies  (Trésorier); Nicole Cohen Salmon (Secrétaire générale adjointe); et Joseph Aouat, Hillel Henry Bakis, Denis Bédarride, Simon Benamran, Serge Bénisti, Alain Scialom. Pour le mandat 2011-2015: Alain Zylberman (Vice-Président); Jacques Chemla Vice-Président); Marcel Mekies  (Trésorier); Nicole Cohen Salmon (Secrétaire générale); et, parmi les administrateurs élus: Serge Bénisti, Alain Scialom, Hillel Henry Bakis, Lionnel Edehri. 

(5) Hammel, 1974

(6) R' Kassabi est devenu alors Rabbin de la Communauté de Boulogne.  Voir Epelbaum Katia (2015), Hamodia, 18 mars, p. 40.

 

 

 

 

Références

  • ACIM, Or Hadach, Lettre hebdomadaire. Inscription gratuite sur le site web de l’ACIM, www.acim34.fr 
  • Anonyme (sans date), Le patrimoine juif de Montpellier, brochure de 24 pages.
  • Bakis Hillel (2014), "Yits'hak Benhamou, Après un an, le rabbin fait le point" (Interview du Rabbin de Montpellier), Actualité juive,  Rubrique « Régions », 27 novembre, p. 41. 
  • Bakis Hillel (2013), Page Focus "Sur La Grande-Motte", deux articles: "Une vrai communauté au bord de la mer » et « Trois questions à Gaby Atlan » in Actualité Juive Hebdo, n° 1273, du 24 octobre, Rubrique « Régions », p. 35. 
  • Bakis Hillel (2013), « Montpellier. Vibrant hommage au Rabbin Didier Kassabi » in Actualité Juive Hebdo, Rubrique Régions
  • Bakis Hillel (2013), « Un autre mandat pour le Rabbin Didier Kassabi » in Actualité Juive Hebdo, n° 1253 (1er Mai, Rubrique Régions, p. 40) - voir http://editionsbakish.com/node/1595
  • Bakis Hillel (2011), "La communauté juive de Montpellier. Son histoire" Shalom pratique, n° 8, Nice, pp. 54-55, septembre  
  • Bakis Hillel (2011), "Jean-Didier Lévy réélu Président de l'ACIM", in Actualité Juive Hebdo, Rubrique « Régions », 30 juin  
  • Bakis Hillel  (2010), "La communauté juive de Montpellier rend hommage à Georges Frêche", in Actualité Juive Hebdo, décembre, Rubrique « Régions », 
  • Bakis Hillel  (2009), "Un manuscrit juif médiéval à l'honneur", in Actualité Juive Hebdo, du 8 janvier, Rubrique « Régions », p. 42
  • Centre Culturel et Communautaire Juif de Montpellier (CCC34)- http://www.ccj34.com/le-centre/qui-sommes-nous/
  • Epelbaum Katia (2015), "Intronisation à Boulogne du Rabbin Didier Kassabi", Hamodia, 18 mars, p. 40.
  • Hammel Frédéric Shimon (1974), Extrait de Souviens-toi d'Amalec, Editions C.L.K.H. mis en ligne http://judaisme.sdv.fr/histoire/rabbins/schilli/schilli.htm 
  • Huser Astrid (2007), « L'ensemble cultuel juif médiéval de Montpellier (34) », 20 p., http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/A.Huser.pdf
  • Huser Asrtid & Claude de Mecquenem (2009), "Tsarfat et Provintzia, aspects des judaïsmes médiévaux européens. Les sites de Montpellier et Lagny-sur-Marne", http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Recherche-scientifique/Archeopages/Les-numeros/24-25-26-27-2009/Numero-25/Dossier-Segregations/p-10154-Tsarfat-et-Provintzia-aspects-des-judaismes-medievaux-europeens.-Les-sites-de-Montpellier-et-Lagny-sur-Marne.htm. Archéopages, avril, n° 25,  pp. 26-33
  • Iancu Carol (1988), Les Juifs de Montpellier et dans le Languedoc à travers l’histoire, du Moyen Age à nos jours, Université Paul Valéry, Montpellier.
  • Iancu Michaël (2007), Vichy et les Juifs. L’exemple de l’Hérault (1940-1944), Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier.
  • Iancu-Agou Danièle & Iancu Carol  (1987), « Le mikveh et la communauté juive montpelliéraine au Moyen-Age », Bulletin Historique de la ville de Montpellier n°7
  • Iancu-Agou Danièle (1994), Les juifs à Montpellier à la fin du XIVe siècle, Nouvelle Gallia Judaica 
  • Iancu-Agou Danièle et Nicolas Elie (dir., 2009), Des Tibbonides à Maïmonide. Rayonnement des Juifs andalous en pays d’Oc médiéval, Paris, Les Éditions du Cerf, 250p. ISBN : 978-2-204-08810-7
  • Kountrass, n° 117 (déc. 2006- janv.  2007), « Les Juifs en Provence », pp. 20-24.
  • Y. Maser (2016), Les Rabbins du Sud de la France au Moyen Age et leurs écrits. Les Sages de la Provincia, Institut Rabbi Yesha’ya, Hotsaat Bakish, 1ère édition imprimée, juin, Montpellier. (l'édition antérieure en ligne : http://editionsbakish.com/node/1723 a été revue, corrigée et complétée) 

  • Moléna Jacques (2001), « Montpellier : les réseaux qui comptent. Juifs: L'élan d'un octogénaire », 25 janvier, http://www.lexpress.fr/informations/juifs-l-elan-d-un-octogenaire_641105.html
  • Municipalité de Montpellier (2011), « Restauration de l’ensemble synagogal médiéval »,  http://www.ot-montpellier.fr/_objets/medias/autres/presentation-mikve-1-43.pdf

Laisser un commentaire