008 Le sidour. Son origine

 

Sur le sidour (livre de prière, rituel juif)

Son origine

 

Précisions du Raza"z 

publiées dans le Tome 7 de la série LA VOIX de JACOB, 

Grammaire hébraïque, de Hillel Bakis (encadré, page 8). Décembre 2013 

 

Il est important de rappeler ici que ce Sidour condensant les prières réglant la vie juive reste une Takana ou décret de l'époque des maîtres de la Grande Assemblée Annchei Knesset Haguédola, dès la première période (suite à la construction du deuxième Temple).

Pourtant ce livre de prières ne prendra sa place dans les foyers juifs et lieux de prières que bien plus tard, à l'époque des Guéonim de Bavel. La décision contrainte et forcée de venir régler voire réglementer les voies à travers lesquelles le juif s'exprime face au Créateur n'est pas chose triviale. Bien que la majorité des Décisionnaires Richonim considère que la Mitsva de prier ne constitue pas un commandement de la Torah mais bien une ordonnance d'ordre Rabbinique, il est bien entendu que l'opinion du Rambam (Michnei Torah-hil'hot Téphila) est que le verset  וַעֲבַדְתֶּם אֵת יְיָ ﭏהֵיכֶם ולעבדו בכל לבבכם (vous servirez l'Éternel votre D.. avec tout votre coeur) reste la source Toraïque d'un commandement Divin. C'est ainsi que le Talmud conclut איזו היא עבודה שבלב? הוי אומר זו תפילה "Comment peut-on servir l'Éternel avec son coeur si ce n'est par la voie de la prière ?" (T.B. Taanit 2b). Par ce fait, ce décret ayant pour but d'assister le juif dans cette tâche qu'est la Téphila, a eu aussi pour effet secondaire la limitation voire l'étouffement des voies d'expression naturelles que constitue la prière, lorsqu'elle est évoquée sans contrainte aucune. Certains diront (selon les pensées de notre maître le Rav Yéhouda Askénazi- Manitou) que le Sidour a eu pour influence l'étouffement de l'expression prophétique! On peut ainsi plus aisément comprendre l'opposition de nombreuses communautés juives dans la monde à la diffusion de ce Sidour.

Seules les premières communautés d'Espagne, celles de Barcelone ou de Castille ont réellement réalisé les saintes intentions des maîtres rédacteurs du Sidour, à la fois selon le Pchat que selon les voies de la Kabbale. Ils accepteront d'intégrer le livre de prières du Rav Neutronaï Gaon ou bien celui de Rav Amram Gaon de Bavel, en y imposant deux conditions essentielles:

  • a. Celle de ne rien modifier du Nossa'h de la Téphila (chaque mot en particulier de la Amida ayant pour objectif et influence la dynamique spirituelle des mondes célestes) ;
  • b. Celle de l'utiliser avec toutes les précisions grammaticales et liturgiques; condition non moins prépondérante.

Laisser un commentaire