Réconciliation judeo-grecque

 

Réconciliation judeo-grecque

 

A Hanouka, on évoque la « guerre de civilisation » qui opposa Juifs et Grecs, dans l'antiquité, avec la révolte du Cohen Mattathias et de ses fils, qui rétablirent le service du Temple de Jérusalem contre l'occupant séleucide. 

Mais attention ! De quels Grecs parle-t-on ? Sait-on qu'en réalité Juifs d'Israël et Grecs des Cités antiques furent objectivement dans le même camp, victimes de l'impérialisme des Macédoniens, une branche hellénique considérée comme moins avancée par leurs cousins du sud ?... Avant d'envahir l'Asie perse, les rois de Macédoine soumirent par la force la plupart des cités helléniques : Philippe II écrasa la coalition d'Athènes, Thèbes, Corinthe, etc..., à Chéronée, en -338, puis son fils Alexandre le Grand, en -335, brisa la révolte de Thèbes, qui se retrouva détruite en majeure partie et dont des milliers d'hommes et de femmes furent réduits en esclavage !... Juste après, il se lança à la conquête de l'Asie perse, soumettant au passage la Judée du Grand-Prêtre Jaddus, qu'il traita cependant avec respect, selon l'historien Flavius Josèphe. Et les conquérants furent tolérants envers la religion juive, notamment Alexandre, puis le Sé- leucide Antiochos III, qui accorda une charte favorable aux Juifs. 

En fait, c'est la politique tyrannique d'Antiochos IV Epiphane qui provoqua la confrontation violente, entre monothéisme judaïque et paganisme hellénique ! Sait-on que les Spartiates, ce fieuron de l'hellénisme guerrier, se proclamaient « de la race d׳Abraham » et « frères » des Juifs ? (I Macchabée  12, 21) ? Sait-on aussi que dans le Talmud (Méguila 8b), Rabban Chimon Ben Gamliel ne reconnaît, avec l'hébreu, que la langue grecque comme valide pour écrire la Torah ?...

Il a été remarqué que le nom SION, composé par les lettres « Tsadé », « Yod », « Vav», « Noun », contient le nom hébreu de la Grèce, YaVaN, formé par les lettres « Yod », « Vav », « Noun » !... Puis-je, en poussant la réflexion, y trouver une clef d'interprétation du verset « Japhet habitera dans les tentes de Sem » (Béréchit 9,27),en considérant qu'effectivement, le fils de Japhet, YaVan, abrite ses trois lettres "dans la tente de SION" (parmi les lettres du mot Sion) ?...

Et comment ne pas constater l'évolution religieuse de la Grèce, qui dès l'Antiquité fit un pas significatif vers le judaïsme, en abandonnant le paganisme, et en se ralliant à ce qui n'était au début qu'une simple secte juive ?... ♦

Gilles Joseph Bakis (Val-de-Marne)

 

Initialement publié dans Actualité juive N° 1278, du 28 novembre 2013

Mis en ligne le 14 novembre 2015

 Gilles Joseph Bakis  et/ou © Hotsaat Bakish 

Laisser un commentaire