Ouvrez-leur la porte!

 

L'auteur participe ici à un débat sur le thème de la conversion au judaïsme d'enfants nés de mères non-juives. Il écrit: "Suite à l'éditorial courageux de Serge Benattar la semaine dernière, je vous propose de bien vouloir publier ce petit texte" en tête de son billet publié par Actualité juive, du 11 novembre 2009. En effet, le débat existe dans la communauté... et il retentit jusqu'au nouveau Grand Rabbin de France, R' 'Haïm Korsia qui a "pris une position peu orthodoxe sur les enfants nés de mères non-juives et de pères juifs"  les considérant "comme la 'semence d’Israël', même s’ils ne sont pas considérés comme juifs selon la loi religieuse traditionnelle" (1). 

 

Ouvrez-leur la porte!

 

Une porte close, il y a un petit Adam qui pleure ! Une autre porte, fermée aussi, une petite Eve, le nez en l'air, qui semble attendre patiemment. Dans la rue pluvieuse, s'éloignant à pas lents, une jeune fille, Déborah, qui toute sa jeunesse a fréquenté synagogue et groupes de jeunesse juifs, et qui part maintenant, les joues striées de larmes... Et toi, Caroline, pourquoi t'éloignes-tu ainsi sous les nuages, boudeuse, les mains dans les poches ? Qui t'a donc découragée ? Mais, pourquoi partent-ils, tous ces jeunes ? Ils sont virés de quoi ? Et qui ose les virer?

« Ah, tu sais, me dit Mickaël, ne sois pas surpris ! Moi aussi, à 13 ans, ils m'ont invité à quitter le Talmud-Thora, sans passer par la case 'Bar-Mitsvah. Et mon petit frère de 10 ans a dû partir aussi... »

« Moi, m'a dit dernièrement dans une synagogue un jeune gars de 11 ans, Yéhouda, j'ai commencé ma conversion ! » Et comme je l'ai regardé un peu surpris, il a ajouté en souriant : «Ben oui, ma maman est goya l».

C'est donc ça ! Tous ces jeunes qui trépignent devant la porte, tambourinent, font les cent pas et qui, bien souyert, au  bout de plusieurs années d'épreuves et d'exigences extrêmes, se résignent a quitter la tribu àl laquelle ils voulaient appartenir, en bien, cette porte, c'est celle des décisionnaires de la conversion. En quelque sorte, devant la porte de la maison de D.ieu. Mais, on le sait bien, !'Eternel avait réclamé aux pa- triarches Abraham, Isaac, et Jacob de grandir au point de faire que leur descendance soit aussi nombreuse que «les étoiles du ciel», la «poussière du sol», et le «sable de la mer».

Ouvrez ! Ouvrez la porte à tous ces enfants qui pleurent ! Leur père est juif, mais leur mère est goya? Eh bien, respectez la Halakha, en les convertissant réglementairement. Mais, de grâce, faites־le avec le cœur, de manière bienveillante, en aplanissant un chemin qui mène rapidement au but. Si à notre époque il faut une épreuve pour se convertir, eh bien, reléguez dans vos archives des programmes trop longs et trop complexes, et concevez plutôt un petit cursus sérieux mais bienveillant qui les amènerait, en moins d'un an, à une sorte de certificat d'études. Mes amis, mes frères, ces enfants juifs sont de toute manière les enfants du D.ieu d'Israël, alors, laissez-les se regrouper, avec la bénédiction de la Communauté, sous le taleth de !'Eternel. ■

NB ; Dans ce texte, les prénoms des enfants ont été changés, mais symbolisent des situations dont j'ai eu connaissance.

Gilles Joseph Bakis  (Val-de-Marne)

------------

NOTE 

(1)  Cité par Cnaan Liphshiz "Le nouveau Grand Rabbin de France organise-t-il une réforme ?", timesofisrael.com,  le 14 novembre 2014, http://fr.timesofisrael.com/le-nouveau-grand-rabbin-de-france-organise-t-il-une-reforme/. 

 

 

Initialement publié dans Actualité juive du 11 novembre 2009,  page 10

Mis en ligne le 15 novembre 2015

© Gilles Joseph Bakis  et/ou © Hotsaat Bakish 

 

Laisser un commentaire