Renard et l’Ange de la mort

Fables d’Israël. Nouvelles fables

editionsbakish.com. (c) Hillel Bakis 2000-2012

 Renard et l’ange de la mort 

Fable [1] 

La fable suivante montre que rien n’est jamais perdu. Qu’il faut toujours s’efforcer de trouver une solution, car Hachèm a créé les solutions avant les problèmes.

La fable prend pour point de départ un souhait de l’Ange de la mort : tuer tous les êtres vivants. Pour y parvenir, il devait jeter dans la mer un couple de chaque espèce. Il commença sa besogne mais il se heurta à la ruse de Renard décrite dans la fable ci-après.  [2]

 

L’ange de la mort avait entrepris de tuer un couple de tous les animaux de la terre et d’en faire don au grand poisson qui régnait au cœur de la mer, le Léviathan [3].

Lorsque Renard apprit la triste nouvelle, il eut grand peur.

Certes, il savait être assez rusé pour mener par le bout du nez ses comparses le Loup ou le Lion. Mais pour affronter l’Ange de la mort, il ne se sentait pas assez fort. Comment se mesurer à lui ?  

A force de tourner la situation sous tous les angles, à force de réflexion, Renard finit par trouver ce qui lui parut une excellente solution à son problème.  Aussi, lorsque l’ange s’adressa à Renard et à son compagne, Renard mit en œuvre la ruse qu’il avait préparée.

« Je viens pour vous emporter ! » déclara l’ange de la mort.   

Alors, Renard, sans la moindre hésitation, répondit en pleurant à chaudes larmes.

L’ange lui demanda pourquoi il se lamentait tant : il allait simplement rejoindre la cour du grand roi des poissons, et cela n’était pas aussi tragique qu’il l’imaginait.

Renard répondit : « Je pleure mes amis, car toi-même ou l’un de tes adjoints, vous êtes déjà  venu hier. Depuis, nous sommes privés de la compagnie de nos plus grands  amis parmi les renards! Je pleure car, alors que je chassais tout à l’heure au bord de la mer, je les ai vus noyés, flottant près d’une plage proche ».

L’ange fut très étonné car il ne se souvenait pas d’avoir déjà emporté un couple de renards, mais enfin, il lui fallait ne pas faire d’erreur en emportant deux couples au lieu d’un seul. Il proposa donc à Renard de l’aider à vérifier tout cela en le conduisant là où il avait vu les cadavres de ses amis. 

Là, Renard et sa femelle se penchèrent sur les flots et l’ange vit qu’effectivement, l’image d’un couple de renards flottait sur l’eau. C’était donc vrai !

Il s’exclama : « Allez-vous en ! »

Ce que firent les deux renards avec le plaisir que vous imaginez. Ils racontèrent même leur ruse à la belette qui s’empressa d’utiliser la même astuce pour berner l’ange de la mort.

 

 


[1] Adapté à partir d’une fable juive. Autres versions :

- Gabriel (2006), « Le renard et le Léviathan » (traduction d’une fable populaire), 17 février,  http://www.kabbale.eu/le-renard-et-le-leviathan/ ;

- Encyclopedia Judaica, « Léviathan and fox », CD ROM edition, Keter Publ. House.

http://library.thinkquest.org/03oct/00847/leviathan.html

- http://www.scribd.com/doc/36539888/Le-renard-dans-la-tradition-juive-et-la-Kabbale (consult. janv. 2012) ;

[2]  Texte au 9 décembre 2012.

 

 

Laisser un commentaire