CJE&O – Reb Schlôme et le serrurier

 

 Reb Schlôme et le serrurier

Humour. Colmar. 19ème s. [1]

 

Le rabbin de l’histoire qui suit a été consacré au rabbinat par un vœu de sa mère avant sa naissance. Né en 1814, il fut appelé Chelômô-Zeêv et inscrit à l’état-civil sous le nom de Salomon Wolf Klein.  Sa bonne humeur était légendaire et toute circonstance. Les vieux Alsaciens connaissent encore des dizaines d’histoires de Reb Schlôme, dont un grand nombre paraissent authentiques. En voici une.

 

 

Le serrurier de Colmar avait un rêve.  Il voulait avoir l’honneur de servir sa communauté en tant que chalia’h tsibour (ministre-officiant) pour la toute dernière prière de Kippour. Cela était un rêve impossible car l’usage veut que cette fonction revient au rabbin de la ville, ou à une personnalité religieuse de très haute stature, reconnue par tous.

Un jour, le serrurier décida de formuler une demande en ce sens, directement au grand-rabbin de Colmar.

Evidemment, la réponse ne pouvait être positive. Mais reb Schlôme fit passer son refus avec humour.

« Tu veux prier Neïla, toi qui est serrurier ? Tu sais que pendant cet office, on demande que les portes du Ciel soient encore ouvertes. Mais toi, comment pourras-tu dire: ‘Ouvre-nous la porte’ » ? En souriant, il ajouta : « Le Bon D. se moquera de toi. Ouvre-la toi-même, dira-t-il, puisque tu es serrurier. »

(c) Hillel Bakis

Fév. 2013


Laisser un commentaire