Cont&rJAfN 4 pogroms de navarre et du SO fr.

 

Les textes suivants fournissent une histoire des Juifs d'Afrique du Nord (immigrations d'Espagne à la fin du 14ème siècle et après l'explusion d'Espagne de 1492).

 

Les pogroms de Navarre et du Sud-Ouest français

Estella, Tudela, Toulouse, 13ème-14ème siècles  [1] 

 

Plusieurs familles vinrent d'Andalousie pour s'établir en Navarre après l'an 1000, car les rois de Navarre favorisaient alors l'installation de Juifs et les conditions de vie étaient favorables. Au XIIIe siècle la population juive de Navarre était constituée de 400 familles.

A la fin du 13e siècle  Rabbi David d'Estella se fit le défenseur du judaïsme contre ses détracteurs.

Mais le ciel devait s'obscurcir et les nuages s'amonceler sur les Juifs de Navarre et du sud de la France. En 1320, des jeunes gens se rassemblèrent pour partir en croisade contre les Maures: une série de pogroms que l'histoire a retenu sous le nom de "Croisade des pastoureaux". Un garçon de 17 ans était à l'origine du mouvement, car selon une vision qu'il disait avoir eue, les jeunes devaient partir en croisade contre les Maures.

Le mouvement tourna court et se transforma en une série de massacres contre les Juifs. Comme le raconte Rabbi Yossef Hacohen dans sa chronique: "Les partisans du garçon étaient environ trente mille: ils se jetèrent sur les Juifs de Tudela en Navarre et les passèrent au fil de l'épée". Après cela, ils s'en prirent aux communautés juives de la France du sud-ouest dont Toulouse, Château-Narbonnais... Cent dix communautés furent égorgées. A Castel-Sarrazin, les Juifs "préférèrent s'entre-tuer avant d'être assaillis par l'ennemi", retrouvant ainsi le réflexe des Juifs retranchés à l'intérieur de la forteresse de Massada surplombant la Mer Morte, avant l'assaut des légions romaines. Repassant en Navarre, les pastoureaux semèrent l'effroi chez les Juifs de Pampelune qui entreprirent pourtant de lutter contre eux. Ils en tuèrent cent soixante dix y compris leur chef et les assaillant tournèrent le dos et s'enfuirent.

Mais les malheurs devaient continuer ailleurs. En 1328, un pogrom éclata dans la ville d'Estella et dans sa province. Il fallu déplorer six mille morts. Le saint Rabbi Ahron ben Sérah ainsi que sa femme et quatre de ses fils furent tués, pendant que Rabbi Menahem, un autre fils de Rabbi Ahron, était compté pour mort, gisant parmi les cadavres sans connaissance. Un ami de son père eut pitié de lui, et il le retira secrètement d'entre les cadavres, puis il le soigna.

Parmi les survivants, nombreuses furent les familles qui partirent de Navarre pour essaimer en Castille et en Aragon. Saragosse par exemple, située à quelques heures de voyage le long de l'Ebre servit d'étape pour les unes, alors que d'autres partirent en Catalogne. La famille  tudélane des Ménir éclata, un rameau s'installant à Perpignan en 1380, tendis  que d'autres partirent à  Burgos et Ségovie en Castille, et au Portugal.

 


[1] Source:

-  sur la croisade des pastoureaux: Rabbi Yossef Hacohen,  La vallée des larmes, réed. Paris 1980, p.73-74;  

 Fritz Baer, "Die Juden im Christlichen Spanien. Erste Teil. Urkunden und Regesten. I. et Aragonien und Navarra", Akademie Verlag, Berlin, 1929.

Laisser un commentaire