Prélever la matière…

Prélever la matière…

Par Chantal Bakis-Guez

Hé oui ! Nous savons l’importance de la circoncision ou Brith-Milah ! Mais que faisons-nous à ce bébé ? Nous prélevons un bout de peau, le prépuce, et cet acte, qui garantit l’identité juive, trouve son origine dans l’ordre divin à Abraham : « Vous circoncirez la chair de votre prépuce, et ce sera pour un signe d’alliance entre Moi et vous ! » (La Génèse, 17,11). Et le Mohel coupe ce petit bout de matière-corps du bébé !

Cependant, si nous regardons mieux, nous nous apercevons que l’Eternel nous demande de prélever de  toutes les matières, qu’elles soient végétales, animales, charnelles, ou même spirituelles ! Il nous demande d’en ôter une partie ! Et les femmes reconnaîtront ce devoir dans la « 'halah » qu’on prélève de la pâte du pain, et de « niddah », ce temps retiré des relations conjugales ! Et les érudits nous parlent de «Térouma » (prélèvements), « Ma’assère » (dîmes), « Réchit » (prémices), et même « Chémita » (jachère tous les 7 ans) !

Enumérons plusieurs de ces retraits :

1. Il faut attendre trois ans (et plus) avant de consommer le fruit de l’arbre (les premiers fruits sont pour D.ieu !) ;

2. La terre doit se reposer tous les sept ans (la jachère, une année pour D.ieu) ;

3. Le premier-né mâle, le « Békhor », doit être « racheté » au Cohen, car il est naturellement consacré à D.ieu ;

4. Les cinq jeûnes de l’année, où nous nous privons de nourriture ;

5. Chaque fin de Chabat, D.ieu nous reprend l’âme supplémentaire qu’Il nous rend la semaine suivante (matière spirituelle) ;

6. Prélèvement de 10% de nos finances et de nos récoltes. Et bien d’autres choses encore…

Ainsi, D.ieu nous rappelle constamment que la matière ne nous appartient pas !... Dans sa générosité, Il nous offre mille faveurs, mais il faut témoigner de notre amour pour Lui en Le faisant participer à tous les actes de notre vie.

 

Initialement publié dans Actualité Juive n°1396, 23 juin 2016, p. 10

Mis en ligne le 5 septembre 2016

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotssat Bakish

Laisser un commentaire