Fais et tu comprendras !

 

Fais et tu comprendras !

 

Eh oui ! Il n’y a pas si longtemps, nous avons fêté Roch Hachana et Kippour, et nous nous sommes débarrassés de nos fautes, avons demandé pardon, et ainsi avons fait peau neuve ou « âme propre ».

Ensuite, nous avons fêté Souccot, où nous avons SENTI la myrte et l’étrog (cédrat), et TOUCHE l’ensemble qu’ils composent avec le louvav et les aravot (saule).

Puis nous avons fêté Hanouca, et avons allumé les lumières, que nous avons VUES dans nos maisons, et même de l’extérieur, derrière nos fenêtres.

Bientôt, nous fêterons Pourim, où nous nous précipiterons dans nos synagogues pour ECOUTER la Méguila.

Puis nous célèbrerons de nouveau Pessah, où nous GOÛTERONS comme d’habitude le pain azyme.

C’est ainsi que, de Souccot à Pessah, D.ieu nous éduque par les SENS à travers les fêtes, et nous amène à l’étude de la Torah. Nous voyons que le premier sens imposé est l’odorat, qui correspond selon les commentateurs aux mitsvots, et le dernier sens est le goût, qui correspond à l’étude. Les cinq sens dans l’ordre des fêtes sont l’odorat (mitsvots), le toucher, la vue, l’ouïe, le goût (l’étude). 

Alors, D.ieu nous donne la main et, fête après fête, sens après sens, Il nous guide et nous éduque. « Na’assé véNichma’ », « Nous ferons et nous écouterons » (Exode-Chémot, 24,7), comme répondirent les Hébreux à Moïse, alors qu’il venait de leur lire le Livre de l’Alliance. Voilà une phrase type pour l’avancée spirituelle de chacun.

Chantal Bakis-Guez (Val-de-Marne)

 

Initialement publié dans Actualité Juive n°1378, 11 février 2016, p. 9

Mis en ligne le 20 février 2016

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotssat Bakish

Laisser un commentaire