Action sur la matière!

Action sur la matière ! 

 

Eh oui, nous baignons dans la matière : la terre, les objets, les corps, et peut-être même la parole… Ne dit-on pas « matière à discussion » !

D’ieu s’est retiré d’un espace particulier, par le « tsimtsoum », et dans ce lieu ainsi en carence de sainteté, il a créé l’univers, le ciel, la terre, la matière… Et cela dans un but précis : comme le dit Rachi, le rabbin de Troyes, avec les Sages. D’ieu créa le monde pour la Torah… et pour Israël (commentaire de la Genèse/ Béréchit 1, 1). Car la matière sans sainteté s’affole, se dégrade et se déprave. D’où l’importance des Juifs, « peuple de D’ieu », et aussi « outil de l’Eternel » pour bénir, améliorer, voire simplement garder cette matière dans le bien.

Nos travaux visent principalement ce but. Prière, études, kiddouch, mitsvot, mise du talit et des téphilin, bonnes paroles, visites aux malades, nourriture cachère, préparation des chabbats et des jours de Yom tov, tenues vestimentaires « tsnioutes », éducation juive de nos enfant, et aussi, spécificité des femmes, les actes conjugués de nidda-‘hala-nérot (pureté familiale, prélèvement de la pâte, bougie de chabbat)... Tout cela a pour but de bénir le monde, qu’on pourrait appeler la « matière-monde » !... Ce pourrait être la raison de notre présence sur terre : l’étincelle divine qui constitue l’âme du Juif anime la « matière-corps » qui l’enveloppe, et celle-ci, outil de l’Eternel, bénit et sanctifie la « matière-monde » par l’action.

Dans ce combat, nous noterons l’importance de la femme juive, qui a reçu tant de missions et responsabilités à assumer. Et c’est pourquoi les maris qui leur reconnaissent ce mérite chantent en leur honneur, chaque vendredi soir, « Echet ‘Haïl », l’hymne biblique à la femme vaillante (Proverbes 31).

Oui, comprenons que, par l’action, la « matière-corps » sert à bénir la « matière-monde ». Alors, agissons, car nos actes, même les plus minimes, sont précieux pour la bonne marche du plan divin. ♦

 

Chantal Bakis-Guez (Val-de-Marne)

Initialement publié dans Actualité Juive, N° 1348- Jeudi 11 mai 2015, p. 8

Mis en ligne le 13 novembre 2015 

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotssat Bakish

 

Laisser un commentaire