Judaïsme et communication

 

Judaïsme et communication 

Rappelez-vous ! Remontons le temps ! A l’époque de la Tour de Babel, les hommes ne parlaient qu’une seule langue, l’hébreu, et ils voulurent construire une tour pour se faire un nom, confondre leurs identités, et ne pas se disperser… Or, ce n’était pas le plan de l’Eternel. Ainsi, Il détruisit la tour, et mit la communication des hommes en difficulté en diversifiant leurs langages. Les hommes ne se comprenaient plus, et s’éparpillèrent pour aller peupler la terre…

Cependant, depuis des millénaires et à notre époque encore, de tous les pays et de toutes les langues, deux outils de communication nous rassemblent et défient le temps, ce sont l’hébreu et la musique. Ces deux vecteurs nous unissent, particulièrement nous Juifs car, sur toute la planète, on peut lire et étudier la Torah en hébreu, et déchiffrer et jouer une partition de musique ! Avec ces deux langages, quel que soit le pays où l’on habite, à Jérusalem, Paris, ou New York, on communique et se comprend. Les lettres hébraïques de la Torah ne viennent-elles pas d’avant même la création du monde ?

D’ailleurs, D.ieu nous a dotés d’un instrument à vent (la bouche et toute la sphère ORL où circule le souffle) et d’un instrument à cordes (le larynx avec ses cordes vocales) pour parler, prier, et chanter ! Nos livres de Torah eux-mêmes ne sont-ils pas de grands ouvrages de musique et de chant, avec les  signes appelés « Taamimes », qui accompagnent les consonnes et leur apportent des mélodies traditionnelles ?...

L’homme a créé des instruments de musique en s’inspirant des organes que l’Eternel nous a offerts. Et pour le Juif, les lettres hébraïques et les notes de musique sont liées, car elles appartiennent au monde de notre religion : dans le Temple de Jérusalem, les Lévites utilisaient notamment trompettes, flûtes, et harpes, pour rehausser la beauté et la solennité des cérémonies et des fêtes.

Ainsi, au sein de notre peuple, et entre chaque Juif et l’Eternel, la Torah et la musique sont des véritables outils de communication, de bien-être, de joie, et de paix.

Chantal BAKIS-GUEZ (Val-de-Marne)

 

Initialement publié dans Actualité Juive N° 1413 - 1er décembre 2016, p.8

Mis en ligne le 24 février 2017

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotsaat Bakish