Direction et étude

Direction et étude

Regardez bien !

La lettre hébraïque ל  "Lamed" ne ressemble-t-elle pas aux contours de l’Etat d’Israël? On peut y déceler la Galilée au nord, le Néguev de Béershéva à Eilath au sud, et les deux réunies par la plaine côtière et la région de Jérusalem ?

Merveilleux tourisme sur une lettre, mais est-ce une surprise ? Nous savons que les lettres hébraïques ont un sens et peuvent être étudiées par leur forme, leur valeur numérique, et leur signification. Eh bien, la lettre « Lamed », selon les Commentateurs, signifie notamment « direction » et « étude » ! Curieux ! Est-ce un message ? D.ieu nous montre-t-Il le chemin ? Nous demande-t-Il d’aller en Israël, et y étudier ? D’ailleurs, notre Terre d’Israël ne ressemble-t-elle aussi à une serrure dont nous avons la clef ? Est-ce le nombril de notre monde, et la lettre en s’élevant vers le haut ne montre-t-elle pas que c’est le lieu privilégié pour étudier et communiquer avec D.ieu ?...

C’est possible ! Il est vrai que nous sommes là-bas dans un espace de plénitude. En ces temps d’insécurité, ce message devient ici, en France, plus intrusif et plus concret. Nos synagogues se vident, nos enfants partent en Israël souvent après le Bac, nos magasins et restaurants ferment, et parfois nos écoles… Le monde de l’Alya devient omniprésent. Plus de 25.000 Juifs français sont déjà partis, depuis peu, et on ne croise plus un coreligionnaire sans en parler !

Mais que reste-t-il pour ceux qui ne partent pas, faute de moyens financiers ou de conviction suffisante ? Est-il bon de les abandonner dans une vie juive dégarnie, en mettant en danger le mariage de leurs enfants faute de prétendants juifs ? Nous nous trouvons dans une belle contradiction : suivre le mouvement général et partir, ou attendre encore un peu, ne pas abandonner notre prochain, et aussi ne pas priver Israël de tous ses appuis en Diaspora, qui reste une sécurité ? Alors, étudions plus encore, pour essayer de résoudre ce dilemme !

Chantal BAKIS-GUEZ (Val-de-Marne)

Initialement publié dans Actualité Juive N° 1403 - 8 Septembre 2016, p. 8

Mis en ligne le 24 février 2017, à Kiryat Ata, Israël.

© Chantal Bakis-Guez et / ou Institut Rabbi Yesha’ya, Hotsaat Bakish