William R. Belhassen

Préface

par Hillel Bakis

William Rahamim Belhassen (1930-2005)

 

En 1998, cet auteur a publié un ouvrage relatant la vie de sa maman, accoucheuse à Tunis (1). Né à Tunis en 1930, William Rahamim Belhassen est parti de ce monde à Péta'h Tikva (Israël) en 2005. Il tenu a remettre à sa fille Sarah Belhassen un manuscrit auquel il attachait une grande importance.

Nous avons extrait plusieurs récits de ce livre de témoignage encore manuscrit: "TOI  MON  ISRAEL" (2). Dans ce texte, il a raconté des souvenirs personnels qui au-delà de l'expérience humaine particulière, restituent une partie de l'histoire des Juifs de Tunisie. Il nous fait part de la force d'attraction de la Terre d'Israël pour lui et ses camardes en ce milieu du 20ème siècle. Le témoignage est fort. Avec des mots de tous les jours et un style direct, il relate les étapes et difficultés de son alia depuis Tunis, puis la France vers Israël. Puis son retour définitif en Israël. 

Son manuscrit, qu'il dédie "à tout mon peuple", débute par quelques mots qu'il a placés en exergue après le titre:

" De mes tourments, de mes rêves

De mes larmes, de mes espérances

Je t’aime et t’aimerai encore et encore".  

Car William R. Belhassen témoigne de l'amour millénaire pour Israël des Juifs en général et d'un Juif de Tunis en particulier. Il écrit "Comment, oui, quand et comment ai-je découvert Israël ? De quelle façon Israël est entré en moi ? Car il n’y a aucun doute… Israël est en moi, il est dans le sang qui coule dans mes veines, il raisonne «Boum – Boum » en mon cœur et, ces derniers temps, il bat irrégulièrement. Je suis sûr que lorsque le moment viendra de rejoindre le Monde Céleste, les derniers battements de mon cœur auront comme note finale : La Hatikva !!!  ". Mais son parcours va être confronté à la réalité et à ses difficultés, il va découvrir la société israélienne de l'époque et l'ampleur du fossé existant entre immigrants d'origines différentes.  Il va vivre des moments particulièrement difficiles qu'il impute à des discriminations à l'encontre des juifs séfarades. Il précise au début de la première partie :  "tout ce que je vais vous conter est l’exacte vérité. Je n’inventerai rien et ne chercherai, à aucun moment, ni à embellir mon récit ni à amoindrir les mémoires que je vais vous confier." 

 

Sa fille a d'abord confié le manuscrit à une amie à elle qui a utilisé un système de traitement de texte. A cette occasion l'écriture parfois difficilement lisible a été déchiffrée et il en est résulté un document épais de plus de 200 pages denses où se côtoient des souvenirs personnels et familiaux mais aussi une vue éclairante sur les événements de son époque.

C'est cette sortie d'imprimante qu'elle m'a été confiée en mars 2016 pour évaluation, à des fins d'édition. Une partie de ce texte m'a semblé mériter une diffusion. En effet, dans ces pages le récit personnel d'un adolescent puis d'un jeune adulte rejoint l'histoire du peuple juif, et plus particulièrement celle d'une partie des Juifs séfarades originaires d'Afrique du Nord.  (3)

Mis en ligne à partir du 10 avril 2016 à Kiryat Ata, Israël. 

-----------------

Notes

1)  William C. Belhassen (1998), Zaiza l'kabla ou le fils à ma mère, Editions Wern. ISBN: 9782912487339. On en trouvera un écho dans le récit 11 intitulé "Maman Zaïza" (http://editionsbakish.com/node/1885).

2) William Rahamim Belhassen précise qu'il a commencé à écrire ce livre le 5 novembre 1987 et qu'il l'a "terminé, ce jour béni,  7 octobre 1998 en Israël". Il en a remis le manuscrit à sa fille Sarah Belhassen quelques mois avant son décès. Les pages qui suivent ont été préparées pour l’édition par J. D. F. et Hillel Bakis. Elles sont mises en ligne dans la rubrique "Témoignages" (http://editionsbakish.com/node/1865) du site editionsbakish.com.

 3) Ce livre électronique pourra être cité comme suit:

William Rahamim Belhassen (2016), Envie d'Alya. Témoignage d'un Juif de Tunis, Hotsaat Bakish. Kiryat Ata. Récits  préparées pour l’édition par J. D. F. et Hillel Bakis.  ISBN - 979-10-90638-11-2

(Consulter la page  http://editionsbakish.com/node/1873  et les pages suivantes).

2 commentaires

  1. J’ai trouvé le livre « Zaiza l’kabla » par hasard au bord d’un trottoir, devant un immeuble de Raanana ou j’habite. C’était hier soir. Il a sans doute été laissé là par une personne qui déménageait…
    J’ai commencé à le lire hier et je viens a l’instant de refermer la dernière page. Je n’ai pas pu le lâcher … Ce livre m’a bouleversée car j’y ai retrouvé mon père à moi, ma Tunisie natale, mes grands-parents, mon enfance.
    J’aurais tellement aimé connaitre ce monsieur et parler avec lui de toutes ces odeurs de Jasmin, de cette amitie de tous les nôtres. Je retrouve des prénoms, des anecdotes, des histoires de shra !
    Si l’un de ses enfants veut me contacter, ci jointes mes coordonnées.

    1. Vous êtes invitée à découvrir le nouveau livre (hélas posthume) de cet auteur
      J’ai édité dans la rubrique « témoignages » de mon site une vingtaine de chapitres tirés d’un manuscrit (qu’il a laissé à sa fille Sarah). Vous trouverez aussi une présentation générale et une préface, qui, avec ces chapitres peuvent êtres lus en ligne (gratuitement). N’hésitez pas à me recontacter si besoin est (edtionsbakish1@gmail.com)
      Je vous transmets par mail l’adresse mail de sa fille pour le contact que vous souhaitez avec un membre de la famille de l’auteur.
      Bien cordilement. Hillel Bakis (Kyriat Ata, près de Haifa)

Laisser un commentaire