Haftara – Chabbat Roch ‘hodech

 

I-25- Chabbat Roch ’hodech (Yécha’yahou 66, 1-24 ; 66,23)

  

Haftara commune aux différentes coutumes 

 הַשָּׁמַ֣יִם כִּסְאִ֔י

 

Indications liturgiques

Indications liturgiques – Dans le second sépher, on lit un extrait de la paracha Pin’has (Bamidbar 28, 9-15).

Les chabbats étant aussi 1er ou 2ème jour de Roche 'Hodèche, le même extrait des prophètes est lu par différentes communautés: Achkénazes [1], ‘Hassidim (‘Habad[2]), Sépharades, et Yéménites [3]. Il s’agit du dernier chapitre du livre du Prophète Yécha’yahou (Yécha’yahou 66,1-24).  

Attention une erreur fréquente est à éviter. Il faut terminer en reprenant l’avant-dernier verset (Yécha’yahou 66, 23) [4]. Cela pour ne pas terminer sur une note triste. C’est cet avant-dernier-verset qui est lu par l’ensemble de la communauté avant d’être répété pour conclure, par le lecteur de la haftara [5].

Coutume - Lors d’un chabbat roch ‘hodech est suivi d’un 2ème jour de roch ‘hodech, certaines communautés [6] ont pour coutume de faire suivre la haftara du Chabbat Roch ’hodech par le premier et dernier verset de la haftara Ma’har ‘hodech : I Chemouel 20, 18 et I Chemouel 20, 42. La communauté répétant ce dernier verset avant qu’il soit repris par la personne appelée à lire la haftara.

 

Lorsque le chabbat Roche 'Hodèche est en même temps un chabbat spécial [7] (chabbat Chékalime, chabbat Ha'hodèche ou chabbat 'Hanouca), ou certains chabbats ordinaires [8] (Mas’é, et, pour certains communautés Réé) ce n’est pas la haftara du chabbat Roche 'Hodèche qui est lue mais la haftara spécialement dédiée à ces chabbat.   

 


[1] R’ J. Schwarz, Les haftarot. Morceaux choisis des prophètes. Edition de l’Espérance, Jérusalem, Réédition 1996, BibliEurope, Paris, p. 402.

[2] R’ Miller (2006), The Gutnick edition of the ‘Houmash. Haftaros, pp. 121-124..

[3] Séfer hahaftarot de l’institut Ohr ha’hayim, Tables, pp. 6-7 et pp. 430-433.

[4] Séfer hahaftarot de l’institut Ohr ha’hayim; voir : pp. 433.

[5] En général, c’est le dernier verset qui fait l’objet de cette lecture collective, puis de la répétition par le lecteur de la haftara.

[6] Certains marocains.

[7] R’ J. Schwarz, Les haftarot. Morceaux choisis des prophètes. Edition de l’Espérance, Jérusalem, Réédition 1996, BibliEurope, Paris, p. 402.

[8] R’ J. Schwarz, Les haftarot, p. 402.

 

Dernière mise à jour : juillet 2014

Laisser un commentaire